Par Marie-christine Ménoire, le 12 Janvier 2018 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Est-ce que 2018 sera une année propice à l'achat et à l'investissement immobilier ? En ce début d'année, il est encore un peu tôt pour se prononcer. Mais à cette heure, les indicateurs semblent plutôt favorables à l'immobilier. C'est ce que nous confirme Me Piccoli Millot.

En quoi le contexte est-il propice pour investir et acheter ?

L'année 2018 devrait être favorable aux projets d'acquisition, car le contexte économique actuel demeure intéressant pour l'investissement immobilier.
Le fait que les taux d'intérêt restent bas est propice à l'investissement malgré une tendance à la remontée des prix. Il faut toutefois nuancer en fonction du lieu de situation du bien et de son état, mais des affaires sont toujours réalisables/envisageables. Le très faible rendement des placements financiers actuellement proposés renforce l'attrait pour les acquisitions immobilières, notamment en vue d'une remontée des prix, ce qui pourra générer une plus-value future.
L'investissement immobilier peut également générer un revenu complémentaire pour ceux souhaitant se diriger vers le système locatif ou une réduction d'impôt pour ceux souhaitant défiscaliser.
Certaines mesures gouvernementales prises en faveur de l'immobilier comme la prorogation du PTZ permettent aux primo-accédants de faciliter le financement de leur acquisition. Ce prêt pourra également être cumulé avec d'autres aides financières comme le prêt d'accession sociale (PAS ou prêt conventionné). Mais prudence, car la loi 2018 envisage la suppression de certaines aides ce qui nécessitera de bien se renseigner. L'attrait 2018 viendra également de la défiscalisation Pinel dont les conditions restent quasiment identiques.
Tous ces éléments cumulés favorisent donc l'investissement immobilier.

Pour un investissement rentable

Attention toutefois à l'investissement locatif pour lequel il faut correctement sélectionner le bien afin d'avoir un taux de rendement suffisamment important. De même concernant la défiscalisation, il est nécessaire de bien choisir la région et d'étudier les programmes proposés.

Quels conseils donneriez-vous aux acquéreurs ?

Ils sont de plusieurs ordres :
  • Commencer par aller consulter sa banque ou un courtier afin de connaître ou vérifier sa capacité financière. C'est à partir d'un montant maximal déterminé que les acquéreurs pourront investir et qu'ils pourront procéder à leurs recherches. Il est indispensable de se renseigner auprès des établissements bancaires afin d'obtenir le meilleur taux et les meilleures garanties pour le prêt. Pour se faire, il faut tenir compte de tous les frais annexes (honoraires du notaire et droit de mutation dus à l'État, frais de garantie...).
  • Bien regarder encore si un budget travaux est nécessaire afin d'éviter toute mauvaise surprise et surtout être certain de pouvoir les réaliser.
  • Il faut également choisir un bien qui correspond à ses besoins et à ses attentes futures (chambre supplémentaire pour enfant, maison de plain-pied pour pouvoir y vieillir sereinement...). S'agit-il d'une résidence principale, secondaire ou d'un investissement locatif ? Mieux vaut visiter plusieurs biens afin d'avoir un avis éclairé sur ce que l'on recherche et se loger conformément à ses souhaits et à chacun ses critères de sélection (cuisine ouverte, baignoire, garage...).
  • Il est enfin important de se faire accompagner par un professionnel de l'immobilier permettant de poser toutes les questions nécessaires à son notaire pour vérifier la véracité des prix, la qualité de l'offre, la localisation du bien et étudier les divers diagnostics.
  • Pour un investissement locatif, il faut vérifier l'emplacement, la facilité à louer le bien, les charges, les travaux et le rendement procuré. Ne jamais perdre de vue que le bien pourra ou devra un jour être revendu.
  • Il faut enfin anticiper les délais de réalisation de la vente et compter environ trois mois entre la signature du compromis et la vente définitive.
Dans tous les cas, tout ceci implique de bien réfléchir et de ne pas hésiter à consulter son notaire en cas de doute, de simple question ou afin d'établir un compromis de vente sur mesure.

Me Piccoli-Millot. Notaire à Arcis-sur-Aube

Propos recueillis le 11/01/2018
  •  Imprimer