Par Marie-christine Ménoire, le 10 Septembre 2019 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

L'heure de la rentrée a sonné pour vos projets immobiliers. Il est temps de faire un point sur les prix et la tendance du marché local avec Me Christophe CAUSSIN, notaire à SAINT GRÉGOIRE.

Comment les prix ont-ils évolué dans votre secteur ces derniers mois ?

En possession des chiffres des notaires d'Ille-et-Vilaine arrêtés au 31 mai 2019, nous avons une vision très récente de l'évolution locale des prix de l'immobilier. Les prix du secteur ont connu une inflation notable. La métropole rennaise sert de locomotive.

Pouvez-vous nous donner une fourchette de prix médian pour l'achat d'une maison et d'un appartement ?

Alors qu'en Ille-et-Vilaine le prix médian pour une maison ancienne, toutes tailles confondues, ressort à 182 700 euros (+ 1,5 % sur 1 an), sur Rennes, il est de 360 000 euros (+ 7,4 %). Au niveau départemental, le prix au mètre carré médian d'un appartement ressort à 2 500 euros, en hausse de près de 5 %. Le centre de Rennes prend plus de 14 % ! Tant pour les appartements anciens comme neufs, que pour les maisons, la zone de la gare de Rennes connaît une embellie de près de 10 % en une année.

 

Diriez-vous que les acquéreurs sont en position de force pour négocier ?

Le rapport de force s'est inversé. Compte tenu d'un volume de biens disponibles à la vente se réduisant, l'acquéreur ne doit pas tergiverser pour éviter de se faire doubler par un autre acquéreur plus réactif. Un bien propre et bien entretenu est difficilement négociable. En revanche, si le bien appelle des travaux, les acquéreurs retrouvent une capacité de négociation du prix.

Quelle tendance prévoyez-vous au niveau de l'évolution des prix dans les mois à venir ?

Les prix vont continuer à augmenter et les délais de vente se raccourcir. À Saint-Grégoire, par exemple, les maisons se vendent avant même que l'annonce ne paraisse.

Quels critères faut-il privilégier dans le choix d'un bien immobilier ?

Nous vous conseillons bien sûr de privilégier l'emplacement et les accès. Les candidats à l'achat font de plus en plus attention à la qualité des matériaux de construction, certains refusant même un achat en présence d'amiante (par crainte d'une dépollution imposée à terme). La performance énergétique du logement est maintenant un critère de choix élémentaire. L'acquéreur désirant faire des travaux dans un bien construit avant 1997 doit être prévenu qu'il aura à sa charge le nouveau Repérage Amiante avant Travaux (RAT) issu du décret du 16 juillet 2019. Différent et plus étendu que le constat amiante produit par le vendeur, non destructif, il devra être communiqué à toutes les entreprises intervenant sur le chantier du bien immobilier acquis.
 

Comment savoir si le bien repéré se trouve au prix du marché ?

L'idéal est de demander l'avis de son notaire qui, avec sa connaissance du marché et des références immobilières actées, pourra rassurer ou dissuader. En cas de travaux à réaliser, l'avis de professionnels (architectes, maîtres d'œuvre, courtiers en travaux, artisans) avant l'engagement dans la promesse de vente, est nécessaire.

Que préconisez-vous pour réaliser une acquisition sereine dans le contexte actuel ?

Il faut avant toute démarche connaître son budget maximum en rencontrant son banquier ou son courtier, qui fera les simulations indispensables. En cas de vente d'un bien pour en acheter un autre, il faut faire réaliser une estimation préalable de son bien par son notaire. Attention à ne pas mettre en vente au prix espéré, mais bien au prix du marché pour ne pas perdre un temps précieux.
  •  Imprimer