Par Christophe Raffaillac, le 15 Octobre 2018 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Dans le Bergeracois, l'achat d'un bien immobilier se traduit par une opération fructueuse, à condition de s'adresser à un négociateur notarial. Jean-Charles Badet qui exerce au sein de l'étude Lonton, Lomprez et Berneron nous en explique les raisons.

Quel budget faut-il prévoir pour une maison dans le Bergeracois secteur ?

Jean-Charles BADET : Cela peut être assez variable, mais en moyenne le budget se situe entre 150 000 et 200 000 € dans notre secteur du Bergeracois.

Comment accompagnez-vous les acquéreurs dans leur projet immobilier ?

" Je résumerais mon intervention à : réactivité, empathie et respect "

Jean-Charles BADET : en faisant preuve de disponibilité et en livrant un maximum d'informations relatives au plan de financement pour obtenir les crédits, ou encore à la sélection des artisans pour demander des devis, tout cela sans que j'empiète sur leur libre arbitre. Je résumerais mon intervention à : réactivité, empathie et respect.

En quoi votre service transaction est-il très compétitif et avantageux pour les clients ?

Jean-Charles BADET : je serais tenté de dire la conjonction de 3 facteurs clés : la qualité des  informations transmises, la disponibilité et la compétitivité des honoraires de négociation. On entend trop souvent parler d'intermédiaires "aux abonnés absents" dès lors qu'il s'agit d'obtenir des précisions au sujet d'un bien ou des conseils en matière d'acquisition ou vente immobilière.

Faites-nous partager une expérience intéressante avec des acheteurs ?

Jean-Charles BADET : La dernière en date concerne un couple qui s'est porté acquéreur d'une maison de maître à rénover en totalité. Monsieur n'étant pas d'accord avec Mme quant aux divers travaux et transformations à effectuer, je me suis trouvé pris à témoin, un peu comme s'il s'agissait de mon bien. Il a donc fallu que je me positionne en "conciliateur familial", rôle pas toujours facile à tenir ! Au final, cela a permis de donner satisfaction à nos deux acquéreurs et, depuis, nous sommes restés en contact. Grâce à mon intervention qui a trouvé toute sa justification, nous avons noué des liens qui dépassent le stade de la relation client.
  •  Imprimer