Par Christophe Raffaillac, le 21 Septembre 2018 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Un grand savoir-faire, une bonne connaissance du terrain et des conseils personnalisés contribuent à produire d'excellentes ventes immobilières. Découvrons les secrets bien gardés des notaires experts dans la transaction de biens dans le Sud-Ouest.

Pourquoi la vente immobilière reste plus sûre par l'intermédiaire du notaire ?

Pierre-André Biais : le notaire se démarque par sa parfaite maîtrise des prix qu'il définit par rapport aux actes de vente qu'il rédige. Ce qui permet de coller à la valeur de marché et nous met en bonne position pour réaliser des estimations des plus précises auprès de nos clients vendeurs. Et puis nous sommes en mesure de vérifier les règles d'urbanisme s'appliquant à un terrain à bâtir, par exemple. S'il y a des servitudes, un détachement de parcelles est envisageable… nous disposons de connaissances juridiques qui nous permettent de conseiller au mieux sur le prix de vente à fixer. Par exemple à Lormont, une disposition de la mairie pour classer la maison vient bloquer la vente de celle-ci, à la grande surprise des héritiers. C'est en demandant un certificat d'urbanisme à la mairie que nous avons identifié ce problème ! Ce qui démontre l'atout notarial au plan juridique.

Comment faut-il s'y prendre pour proposer son bien au notaire ?

Pierre-André Biais : il faut prendre contact avec le service immobilier du notaire. S'ensuit une prise de rendez-vous avec le négociateur qui se déplace chez le client pour visiter le bien. Ce qui permet de prendre les mesures, faire des photos et d'attendre les résultats des diagnostics avant de déterminer le prix de vente.

Que prenez-vous en compte pour fixer le prix ?

Pierre-André Biais : nous apprécions la solidité de l'ouvrage, et pour une maison ancienne, nous dressons la liste des réparations effectuées. En cas de doute, nous demandons l'avis d'un professionnel pour estimer le coût des travaux. L'objectif  consiste bien sûr à sécuriser la vente.

Quel type de mandat de vente préconisez-vous ; simple ou exclusif ?

Pierre-André Biais : nous invitons le client à signer le mandat et lui indiquons le montant des honoraires de négociation. En ce qui me concerne, je n'exige pas du client de signer un mandat exclusif afin de ne pas lui fermer d'éventuelles portes… D'expérience, notre savoir-faire a toujours permis d'aboutir à une transaction satisfaisante pour le vendeur. Dans les ventes où se produit un contentieux, résultant d'un divorce par exemple, cela peut s'avérer plus compliqué d'obtenir le prix attendu. Nous avons alors des solutions, la vente par appel d'offres sur internet par exemple. Rappelons qu'une transaction s'effectue selon un prix de marché et s'opère dans un climat de confiance entre le professionnel et son client.

Pourquoi l'emplacement joue-t-il énormément dans la détermination du prix ?

Pierre-André Biais : c'est essentiel puisque l'emplacement participe à plus de 50 % dans la détermination du prix d'un bien. Les zones bruyantes, les bords de rocade… constituent une moins-value. À Bordeaux, certains secteurs, comme Gare ou Bassin à Flot, n'ont pas toujours eu la cote auprès des acheteurs pour ces raisons, ce qui impactait sur le prix. À l'inverse, les secteurs limitant l'utilisation de la voiture et proches des jardins publics sont de plus en plus prisés des acquéreurs.

Avez-vous une anecdote qui pourrait convaincre de venir chez son notaire pour vendre ?

Pierre-André Biais : dernièrement, une cliente souhaitant vendre sa résidence principale, une double échoppe sur un grand terrain (500 m2), a souhaité donner la priorité à ses voisins pour devenir acquéreurs. Mais ces derniers ont décliné l'offre estimant que le bien se trouvait surévalué. Cependant, un acheteur extérieur au secteur a trouvé son bonheur en consultant immonot, et a accepté de payer le prix qui lui semblait bien estimé au regard du marché !
  •  Imprimer