Par Christophe Raffaillac, le 21 Février 2017 dans JE RÉNOVE - Je réalise des travaux

Les plus inventifs opteront pour la construction d'une maison, tandis que les plus intuitifs préfèreront se lancer dans un chantier de rénovation. Dans tous les cas, ils "façonneront" une belle maison, seuls les outils ne réclameront pas la même manipulation.

Faut-il partir d'une feuille blanche et crayonner son projet au gré de ses envies et talents d'architecte.… Au contraire, pourquoi ne pourrait-on pas succomber au charme d'une belle maison à restaurer en quête d'une seconde jeunesse ! Chaque solution procurera bien des satisfactions… et quelques appréhensions. Alors construction ou rénovation ? Découvrons le tour de main à posséder et les outils à maîtriser pour que le projet  immobilier voie le jour dans les meilleures conditions et donne lieu à une belle réalisation.

Une construction bien pensée

Priorité au suivi de chantier pour que vos idées prennent forme sans trop de difficulté. Pour y arriver, nul doute qu'il faut vous faire assister par un constructeur qui conçoit et coordonne les travaux. Découvrons tout ce que comprend sa boîte à outils…
• Le bon plan : le constructeur de maisons individuelles maîtrise toute la chaîne, depuis la conception du plan, en passant par la réalisation, jusqu'à la livraison de la maison. Autant dire que c'est un vrai professionnel du bâtiment, puisqu'à ses compétences techniques s'ajoute un cadre règlementaire calé au millimètre près. En effet, le CCMI (Contrat de construction de maison individuelle) prévoit de nombreux critères assurant le bon déroulement du chantier. Cela repose notamment sur un accord conclu - avec ou sans fourniture de plan - afin de réaliser les travaux comme convenu, et de livrer la maison dans les délais et au prix fixé. Bien sûr, les caractéristiques techniques du bâtiment, le prix et les modalités de règlement, la durée des travaux, ainsi que le montant des éventuelles pénalités de retard figurent dans le CCMI. Précisons que le coût de la prestation du constructeur est intégré au prix de la maison.
• Des intervenants de choix : non seulement le cadre règlementaire importe, mais il faut aussi que les professionnels du bâtiment assurent une bonne qualité de prestation.
C'est d'autant plus important que le bâtiment doit respecter la RT 2012 (réglementation thermique), qui prévoit que le bâtiment répond aux normes de construction environnementales. Sa consommation d'énergie primaire conventionnelle ne doit pas dépasser 50 kWhep/m2/an. Les entreprises interviennent conformément aux spécifications du constructeur. Elles réalisent les travaux en fonction du plan convenu et selon les règles du Code de la construction et de l'habitation et du Code de l'urbanisme. Des risques limités donc, d'autant qu'il faut impérativement souscrire une assurance dommages-ouvrage avant l'ouverture du chantier. Elle entre en application lorsque la garantie de parfait achèvement expire, soit un an après la réception des travaux, et s'achève en même temps que la garantie décennale.
• Des assurances « tout risque » : outre la « dommages-ouvrage », que le constructeur intègre dans ses prestations, le CCMI comprend :
  • la garantie de parfait achèvement conduisant le constructeur à réparer tout désordre dans l'année qui suit la réception des travaux,
  • la garantie biennale ou de bon fonctionnement, valable pendant deux ans, remédiant à tout dysfonctionnement des équipements,
  • la garantie décennale protégeant des éventuelles problèmes de solidité de l'ouvrage ou de défaillance des équipements,
  • la garantie de livraison à prix et délai convenus couvrant contre les risques d'inexécution des travaux.

Une rénovation au goût du jour !

Place aux experts du bâtiment qui se posent en « compagnons » indispensables, d'autant plus s'ils sont coachés par un maître d'œuvre ! Voyons tout ce qui permet de mener à bien le chantier de rénovation.
• Des idées de génie : que la maison nécessite d'être profondément restaurée ou simplement remise au goût du jour, il faut trouver les bonnes idées qui permettront de lui offrir une seconde jeunesse. Peut-être qu'il faut envisager une extension, créer des ouvertures, intervenir sur le gros œuvre ou repenser l'intérieur. Des travaux qui s'apparentent à un chantier de grande ampleur. Le recours au maître-d'œuvre semble une excellente piste pour se lancer dans une rénovation. Non seulement il assure un travail de conception pour réhabiliter la maison, mais en plus il organise le suivi des travaux et coordonne l'intervention des artisans. Ces prestations figurent dans le contrat de maîtrise d'œuvre, qui comprend en outre l'élaboration des nouveaux plans de la maison. Bien sûr, ce professionnel applique des honoraires qui représentent généralement 10 à 15 % du montant des travaux.
• Place aux artistes du bâtiment : grâce à son réseau, le maître d'œuvre peut s'adresser aux professionnels qui ont fait leur preuve et qui sont dans le coup. En effet, outre leur savoir-faire, les artisans doivent désormais être certifiés « RGE » (Reconnu garant de l'environnement), pour que leurs travaux soient éligibles au crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) et à l'éco-prêt à taux zéro. Avec le premier dispositif, c'est 30 % du montant des travaux qui bénéficient d'un crédit d'impôt et avec le second, c'est une enveloppe de 30 000 € qui peut être accordée à taux zéro.
• Des travaux top niveau ! Non seulement la rénovation suit les dernières tendances en matière de décoration, mais en plus elle confère des nouvelles performances énergétiques au logement. En effet, à l'intérieur se mêlent des matériaux bruts, comme la pierre et le métal avec des teintes claires sur les murs, les boiseries. Une ambiance naturelle et épurée qui vient tout droit de scandinavie. Bien sûr, les performances énergétiques ne sont pas en reste, puisque le bouquet de travaux conduit généralement à isoler les murs, changer les fenêtres, installer un système de chauffage ou une production d'eau chaude sanitaire utilisant une source d'énergie renouvelable.
  •  Imprimer