Par Christophe Raffaillac, le 21 Février 2017 dans JE M'INFORME SUR L'IMMOBILIER - L'indicateur immonot des prix

À l'instar des grands crus, l'immobilier se bonifie avec le temps. Cela se vérifie dans le bordelais, alors que les notaires viennent de dévoiler les chiffres 2016. Un millésime qui fera date en Gironde, tant au niveau de l'évolution des prix que des transactions.

Si le contexte national donne des signes de reprise, le marché girondin nous réserve une belle surprise ! Avec des chiffres en hausse significative, comme l'a souligné Maître Pata-Lavigne, présidente de la chambre des notaires de la Gironde, à l'occasion de sa présentation du mercredi 15 février.
En effet, tous les types de biens enregistrent une belle progression dans le département en 2016. À commencer par le foncier qui augmente de 6,9 %, alors que le prix médian à l'échelle de la Nouvelle Aquitaine recule de 1,5 %. On observe la même tendance au niveau du prix des maisons, puisque celles-ci voient leur cote faire un bond de 4 %, tandis que le marché demeure stable au niveau de la région. Enfin, les appartements leur emboîtent le pas, et s'accordent une hausse de 2,6 %, pour seulement 1 % sur le reste du territoire. Bien sûr, le département profite de la forte attractivité de Bordeaux Métropole, qui attire de nouveaux habitants. Il bénéficie également du pouvoir de séduction du bassin d'Arcachon, qui séduit de nombreux résidents. Découvrons les secrets de cette belle récolte !


Des appartements de plus en plus appréciés

Que ce soit à Bordeaux ou sur le bassin d'Arcachon, le marché des appartements a largement profité du climat immobilier particulièrement propice en 2016.
À Bordeaux, les prix atteignent des sommets ! En effet, le niveau médian se situe à 3 170 €/m2 (+ 3,1 % en 2016). Ce qui positionne la préfecture girondine au 4e rang français des villes les plus chères de France. Une belle performance lorqu'on revient 20 ans en arrière où elle occupait la 13e position.
Sans surprise, ce sont les quartiers Quinconces, Saint-Seurin - Fondaudège et Capucins - Victoire qui occupent les avant-postes en termes de prix, puisque les appartements se négocient à plus de 3 500 €/m2. À l'inverse, le quartier Lestonat - Monséjour s'affiche comme le meilleur marché avec un prix de 2 410 €/m2.
La plus forte augmentation, il faut aller la chercher du côté du quartier Saint-Augustin avec 8,1 % de hausse.  Tandis que le quartier gare St-Jean recule de 6,7 %, mais les travaux actuels vont contribuer à le redynamiser.
Autre marché très convoité, celui des appartements sur le bassin. Si la ville d'Arcachon cède un peu de terrain, avec une baisse de 4 %, le secteur progresse quant à lui de 4,8 %. Les besoins des résidents permanents contribuent à alimenter cette tendance haussière.
Ce qui positionne le prix médian à 3 810 €/m2.


Les maisons en pleine ascension

Le marché des maisons à vendre profitent d'une bonne dynamique sur l'ensemble du territoire, puisque les prix progressent presque partout.
Notons la belle performance du bassin d'Arcachon, qui augmente de 7,8 %, avec un prix médian qui se situe à 291 000 €. Bien sûr, l'écart est important, entre Lège-Cap-Ferret à 550 000 € et Mios à 216 900 € !
Ces disparités ne sont pas aussi importantes au sein de Bordeaux Métropole. En effet, le tarif médian atteint 268 200 €, pour une augmentation de 6,4 %. Toutes les communes du secteur de Bordeaux Métropole se situent dans une fourchette allant de 200 000 à 300 000 €.
Le secteur Sud Garonne profite de ce terrain favorable pour revoir lui aussi ses prétentions à la hausse : + 2,6 % en 2016 pour un prix médian de 180 500 €.
Le Médoc suit la même tendance, avec un prix médian de 178 000 € en hausse de 1,1 %.
Seuls les secteurs Nord Gironde et Entre-deux-Mers se montrent stables, et par la même occasion plus abordables, puisque les prix médians s'élèvent à respectivement 140 000 € et 169 000 €.


Les terrains en vue

Les secteurs de l'Entre-deux-Mers et du Sud Garonne profitent d'une belle envolée des prix, avec respectivement 12,3 % et 14,3 % d'augmentation. Dans ce contexte, le prix moyen des terrains atteint 73 000 € dans le premier cas et 80 000 € dans le second.
À l'inverse, le Nord Gironde souffre d'une certaine décote en 2016 avec 15 % de baisse sur les prix.
Le Bassin d'Arcachon et le Médoc affichent quant à eux une belle stabilité du prix des terrains en 2016. Mais les tarifs font le grand écart : compter 121 500 € sur le bassin contre 76 700 € sur le territoire médocain.
Bien sûr, Bordeaux Métropole dépasse tous les chiffres du département, puisque le prix médian flirte avec les 130 000 €. Des niveaux de prix qui résultent de la pression qui existe sur le foncier ! Mais des initiatives qui consistent à libérer des terrains pourraient redonner un peu de souplesse. Cela revient à partager les terrains dejà construits pour créer de nouveaux logements. Une tendance qui répond à la densification urbaine et évite de construire des collectifs. À suivre.
  •  Imprimer