Par Christophe Raffaillac, le 13 Février 2018 dans J'ACHETE - Je deviens propriétaire

Une acquisition immobilière comprend le prix du bien auquel s'ajoutent quelques frais de négociation et de rédaction d'actes. Quel budget faut-il prévoir ? Réponse en quelques chiffres clés !




Immobilier ancien

Lors de l'acquisition d'un bien immobilier dans l'ancien, des frais s'ajoutent sur une part du prix d'achat. On distingue comme frais à régler au professionnel de l'immobilier :
  • Honoraires de négociation : 3 à 6 % du prix du bien. Ils correspondent aux prestations rendues par le négociateur notarial pour sélectionner des biens, les faire visiter, négocier le prix avec le vendeur.
  • Frais d'acquisition : 7 à 9 % du prix du bien
    • Ils comprennent les impôts, des taxes qui reviennent à l'État et aux collectivités locales pour 80 % environ des frais
    • Ils intègrent aussi les émoluments et débours qui sont perçus par le notaire au titre de sa rémunération pour 20 % environ.

Immobilier neuf

L'achat d'un logement neuf en VEFA (Vente en état futur d'achèvement), ou tout juste construits et n'ayant pas encore été habité, permet de bénéficier de frais réduits.
Dans le cas d'une VEFA, les honoraires de négociation sont généralement intégrés dans le prix de vente du logement. Il reste à acquitter :
  • les frais d'acquisition : 2 à 3 % du prix du bien
    • Ils englobent les impôts, des taxes revenant à l'État et aux collectivités locales pour 50 % des frais ;
    • Ils comportent aussi une part correspondant aux émoluments et débours perçus par le notaire pour 50 %.

Simulez les frais d'acquisition

Rendez-vous sur le site immonot, rubrique "Mon projet immobilier" pour simuler les frais à régler lors de l'achat d'un bien immobilier.
  •  Imprimer