Par Marie-christine Ménoire, le 7 Juillet 2017 dans J'INVESTIS - Je réalise un placement

Vous avez quelques économies de côté, mais vous ne voudriez pas que le fisc soit trop « gourmand » et mette à mal tous vos efforts. Des placements exonérés d'impôts (ou presque), vous en rêvez ? Et bien sachez que ça existe. La preuve !

Les livrets défiscalisés

Réaliser un placement disponible et défiscalisé, ce sont les principaux avantages des Livrets A, Livret de développement durable et solidaire (LDDS), Livret d'épargne populaire (LEP) et Livret jeune (pour les 15 / 25 ans).
 
  Plafond de versement
(hors intérêts capitalisés)
Intérêts
(hors prime d'État)
Imposition sur le revenu des intérêts Prélèvements sociaux
sur les intérêts
Livret A 22 950 euros 0,75 % non non
Livret de développement durable et solidaire (LDDS) 12 000 euros 0,75 % non non
Livret d'épargne populaire 7 700 euros 1,25 % non non
Livret jeune 1 600 euros 0,75 % non non

 

L'épargne logement

Qui n'a pas un Plan d'épargne logement ? C'est LE placement de base avec une rémunération supérieure à celle du Livret A (1 % hors prime d'État depuis le 1er août 2016).
 
Taux de rémunération des PEL (hors prime d'État)
Date d'ouverture Taux
1er août 2003 au 31 janvier 2015 2,5 %
1er février 2015 au 31 janvier 2016 2  %
1er février 2016 au 31 juillet 2016 1,5 %
Depuis le 1er août 2016 1 %

Les intérêts des plans épargne logement sont exonérés d'impôts sur le revenu jusqu'à la 12e année du plan. Par contre, ils sont soumis aux prélèvements sociaux.

Les contributions sociales sur les revenus du patrimoine et de placement

Les revenus du patrimoine et de placement sont soumis à plusieurs prélèvements sociaux (sauf exonérations pour certains livrets) :
- la contribution sociale généralisée (CSG) : 8,2 %
- la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) : 0,50 %
- le prélèvement social : 4,5 %
- la contribution additionnelle : 0,3 %
- le prélèvement de solidarité : 2 %.

L'assurance-vie

L'assurance-vie fait partie des placements favoris des Français. Contrairement à une idée faussement répandue, sa fiscalité est attrayante. Les revenus tirés d'un contrat d'assurance-vie ne sont pas imposables, dans certaines limites, quand il atteint son 8e anniversaire. Par ailleurs, la fiscalité est très faible sur les retraits même avant 8 ans.

L'investissement locatif

Grâce au dispositif Pinel, vous pouvez investir dans l'immobilier locatif neuf et déduire les frais d'acquisition du bien dans la limite de 300 000 euros. Vous bénéficiez d'une réduction d'impôts adaptée à votre durée d'engagement de location : 12 % pour 6 ans, 18 % pour 9 ans et 21 % pour 12 ans.
Si vous préférez investir dans l'ancien mais toujours dans une optique de location, vous pouvez faire certains travaux (isolation, changement de chauffage...) et déduire de vos revenus le montant de ceux-ci, dans la limite de 10 700 euros. Fiscalement, on parle de déficit foncier.

Financez des PME innovantes

En investissant dans un FCPI (Fonds commun de placements dans l'innovation), vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt de 18 % dans la limite annuelle de 12 000 euros pour une personne seule ou 24 000 euros pour un couple marié ou Pacsé. Ce qui représente respectivement une économie d'impôt de 2 160 euros ou 4 320 euros.

Faites votre cinéma

Vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt de 36 % de votre investissement dans le capital d'une société de financement d'oeuvres cinématographiques ou audiovisuelles (SOFICA). Pour inciter les particuliers à investir dans les Sofica, la loi de finances pour 2017 crée, sous certaines conditions, pour les souscriptions effectuées depuis janvier 2017, un nouveau taux de réduction d'impôt fixé à 48 %. Au total, la réduction d'impôt Sofica peut atteindre  8 640 euros (avec le nouveau taux de 48 %), au lieu de 6 480 euros jusqu'en 2016 (avec le taux plafonné à 36 %).

Achetez une forêt

L'investissement forestier apporte de nombreux avantages fiscaux, notamment :
  • une réduction d'impôt sur le revenu égale à 18 % du prix d'acquisition retenu dans la limite d'un plafond de 5 700 euros pour une personne seule, et 11 400 euros pour un couple. L'achat doit porter sur une forêt existante ou un terrain nu à boiser de quatre hectares au maximum. La contrepartie est l'engagement de conserver et exploiter la propriété forestière pendant 15 ans ;
  • une réduction d'impôt de 76 % du montant des cotisations annuelles sur le contrat d'assurance des bois et forêts incluant une clause de protection contre le risque de tempête. Cette réduction est soumise à une double limite : un plafond annuel de 6 250 euros pour une personne seule ou 12 500 euros pour un couple et un plafond de 6 euros par hectare de forêt assuré ;
  • un crédit d'impôt pour les travaux forestiers (reboisement, récolte du bois...) réalisés dans une propriété d'au moins 10 hectares ou de 4 hectares si la propriété est regroupée au sein d'une organisation de producteurs. Ce crédit d'impôt est fixé à 18 % (ou 25 % dans certains cas) des dépenses payées, dans la limite d'un plafond de 6 250 euros pour une personne seule ou 12 500 euros pour un couple marié ou pacsé ;
  • un abattement de 75 % de la valeur de la forêt sur les droits de donation ou de succession.

 

ça marche aussi pour la vigne

Les revenus issus de Groupements Fonciers Viticoles (GFV) sont imposés dans la catégorie des revenus fonciers. Vous pouvez donc bénéficier du régime micro-foncier si vous disposez de moins de 15 000 euros de revenus fonciers par an. Vous obtenez notamment l'application d'une déduction forfaitaire de 30 % sur vos loyers perçus. Si vous n'optez pas pour le micro-foncier, les revenus fonciers suivent les règles classiques d'imposition. Les intérêts d'emprunt deviennent notamment déductibles des revenus fonciers.
En cas de transmission par donation ou succession, il existe un abattement de 75 % du montant de GFV transmis.
 
  •  Imprimer