Publié le 31 mai 2018  par Marie-christine Ménoire dans Actualités

À chaque mois ses changements pour votre vie quotidienne et votre budget. Voici quelques exemples de ce qui vous attend dès le 1er juin ou courant du mois.

Des augmentations significatives

Les tarifs réglementés du gaz vont croître en moyenne de 2,1 % par rapport à mai (où ils avaient déjà augmenté de  + 0,4 % ). Plus précisément, ces tarifs vont augmenter de :
  • 0,7 % pour la cuisson ;
  • 1,3 % pour le double usage cuisson et eau chaude ;
  • 2,2 % pour le chauffage ;
  • 2,5 % pour la petite chaufferie.
Ces chiffres s'entendent hors taxes et contribution tarifaire d'acheminement (CTA).

Des changements dans le domaine médical

  • Depuis janvier, le nombre de vaccins obligatoires est fixé à 11 (contre 3 auparavant). À compter du 1er juin, pour obtenir une place dans une structure d'accueil collective (écoles, crèches…), vous devrez présenter le carnet de santé de votre enfant ou tout autre document attestant que vous avez bien respecté cette obligation.
  • Les tarifs de certaines consultations vont eux-aussi connaître une hausse notable. En ce qui concerne les consultations pour un deuxième avis, chez un médecin généraliste ou un spécialiste, le tarif conventionné secteur 1 (sans dépassement d'honoraires) va progresser de 48 à 50 euros dès le 1er juin. S'agissant des consultations pour un deuxième avis, chez un psychiatre, un neuropsychiatre ou un neurologue, le tarif conventionné secteur 1 sera de 62,50 euros.

Les vaccins obligatoires

Il s'agit des vaccins contre la coqueluche, l'Hæmophilus influenzæ b, l'hépatite B, le méningocoque C, le pneumocoque, la rougeole, les oreillons, la rubéole  qui s'ajoutent aux vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (déjà obligatoires).

Au niveau des assurances

Entrée en vigueur de la nouvelle convention d'indemnisation et de recours des sinistres immeuble (IRSI) applicables en cas de dégât des eaux et incendies entraînant des dommages matériels inférieurs ou égaux à 5 000 euros par local. La convention IRSI s'applique aux immeubles locatifs, qu'ils soient détenus par un propriétaire unique, en copropriété ou en indivision. Sont exclus du champ d'application de la convention les chambres d'hôtels et les chambres d'hôtes ainsi que les locaux professionnels (si les dégâts sont supérieurs à 1 600 euros ht). Désormais, un seul assureur et un seul expert géreront le sinistre des différentes personnes concernées.
  •  Imprimer