Publié le 18 septembre 2017  par Christophe Raffaillac dans Actualités

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, vient de dévoiler un peu plus largement son plan climat. Sur les 4 mesures présentées, 3 concernent le logement. Des annonces de nature à réchauffer les relations entre les propriétaires ou locataires et le gouvernement à l'entrée de l'hiver…

Les enjeux de ce "plan climat" visent à la fois la lutte contre le réchauffement climatique et l'aide aux ménages les plus modestes. Logiquement, le logement occupe une place prépondérante pour agir à ces 2 niveaux. Chèque énergie, aides financières et crédit d'impôt vont donc être plus largement mis à profit pour aider propriétaires et locataires à mieux se loger, tout en améliorant la performance énergétique de leur maison ou appartement.

En attendant d'en savoir plus sur les modalités d'application, voici les 3 mesures budgétaires qui s'inscrivent dans le "paquet solidarité climatique" prévu par Nicolas Hulot :
  • le chèque énergie, après une expérimentation réussie dans 4 départements, va être étendu à l'ensemble du territoire. Il sera automatiquement versé selon un barème allant de 48 à 227 € par an pour aider les ménages aux faibles revenus à payer leur facture d'énergie (gagnant moins de 7 500 € pour une personne seule ou 16 100 € pour un couple avec deux enfants). À compter de 2019, il sera revalorisé et passera à 200 euros par an en moyenne.
  • le crédit d'impôt pour la transition énergétique (Cite) va prendre la forme d'une prime versée dès que les travaux de rénovation sont achevés. Ce qui évite aux ménages de faire l'avance et d'attendre l'année suivante lorsque les impôts sont payés et que le crédit peut être perçu.
  • le certificat d'économie d'énergie (CEE) se traduit par le versement d'une prime pour financer les travaux qui améliorent la performance énergétique du logement. Le remplacement d'une chaudière fuel au profit d'un système fonctionnant aux énergies renouvelables, comme le bois ou les pompes à chaleur, va aussi se traduire par une aide accordée aux ménages les plus modestes. Celle-ci pourra représenter jusqu'à 3 000 euros.
Ces mesures doivent permettre au plus grand nombre de Français d'améliorer le confort de leur logement et réaliser des économies d'énergie, tout en bénéficiant d'aides financières.
  •  Imprimer