Publié le 08 juillet 2015  par Christophe Raffaillac dans Actualités

Un sondage Ifop pour Cafpi fait le point sur l'accession des Français à la propriété. Il revient sur leurs motivations, les freins à l'acquisition, leurs critères de sélection… L'enquête a été réalisée auprès de 2 000 Français, âgés de 25 à 65 ans. Arrêt sur image.

Est-il facile aujourd'hui de devenir propriétaire ? C'est la question qu'a posée le courtier Cafpi, par le biais de son sondage Ifop. La réponse est sans appel : pour 66 % des personnes interrogées, l'accès à la propriété est loin d'être évident !

Les principaux freins à l'acquisition sont les prix immobiliers (55 %) et la difficulté de trouver un financement (43 %). On constate à ce propos que si le Prêt à taux zéro et le Prêt épargne logement (PEL) bénéficient d'une bonne notoriété de la part du grand public, d'autres mécanismes comme le prêt à l'accession sociale et le prêt action logement sont assez mal connus. Au rang également des principaux obstacles, le manque de confiance en l'avenir (37 %) et les frais liés à l'acquisition dont les fameux "frais de notaire" (35 %) arrivent en bonne position, complexifiant considérablement, à tort ou à raison, le parcours de l'acheteur. 

Heureusement, investir dans la pierre continue de séduire. 33 % du panel ont d'ailleurs l'intention de franchir le cap et de devenir propriétaires de leur résidence principale dans les 5 prochaines années. Dans le même esprit, 15 % affichent le souhait d'investir dans un bien immobilier locatif et 7 % dans une résidence secondaire !

Les motivations à l'acquisition sont diverses. Voici le TOP 5 des principales raisons pour devenir propriétaire :

  • ne plus payer de loyer et avoir le bonheur d'être chez soi (49 %)
  • construire un patrimoine en vue de le transmettre aux enfants (32 %)
  • préparer sa retraite (28 %)
  • rechercher une sécurité financière, la pierre étant considérée comme un placement sûr (24 %)
  • fonder un foyer (12 %)

Sur le plan pratique, il ressort de cette "radioscopie" de l'achat immobilier, que les Français préfèrent majoritairement habiter dans une commune rurale. Les raisons (qualité de vie, type d'habitat, montant de l'investissemment ?) n'en sont pas vraiment précisées. Vivre au vert (de préférence dans une maison) est l'option retenue par 44 % des personnes interrogées. 39 % privilégient le péri-urbain (agglomération moyenne) et 17 % l'urbain (grosse agglomération). A chaque fois, on y recherche de préférence ou/et par commodité des appartements.

Enfin, il est intéressant de noter que le notaire est reconnu, avec le banquier et le courtier, comme étant un des partenaires privilégiés dans la recherche d'un financement pour l'achat immobilier. 

V.A.

 

 

 

  •  Imprimer