Publié le 25 May 2018  par Stéphanie Swiklinski dans Actualités

Avec une population de près de 7,5 millions d'habitants et une pénurie de terrains constructibles, le marché de l'immobilier à Hong-Kong est devenu le plus cher au monde.

Le prix des loyers ayant explosé, des dizaines de milliers de personnes n'ont plus d'autre choix pour se loger que des espaces subdivisés servant à la fois de cuisine, chambre... toilettes. On les appelle les "cabines-cercueils" ou "maisons-cages".
Ces logements ne mesurent pas plus de 1,80 mètre de long sur 60 centimètres de large. Les propriétaires de grands appartements divisent la surface de manière illégale pour "caser" un maximum de personnes et ainsi assurer une plus grande rentabilité. Le loyer est d'environ 22 € par mois. On est bien loin de la loi ALUR et de l'obligation de délivrance d'un logement décent !
Chez nous, chaque propriétaire loueur a l'obligation de délivrer un logement décent, c'est-à-dire comportant une pièce principale d'au moins 9 m2 avec une hauteur sous plafond de 2,20 m, un point d'eau, de chauffage, d'électricité et une ouverture permettant le renouvellement de l'air.
À l'heure où l'on s'insurge sur la condition des poules élevées en batterie... ici, il est juste question de dignité humaine.
  •  Imprimer