Publié le 29 March 2017  par Christophe Raffaillac dans Actualités

De "figurant" à "premier rôle", c'est un peu ce que réserve le marché immobilier breton aux résidences secondaires. Elles représentent plus de 60 % des ventes sur le littoral et elles occupent le devant de la scène, comme le révèle Maître Lecuyer, président du Conseil régional des notaires.

Les côtes bretonnes ne manquent pas d'atouts pour séduire les amateurs de résidences secondaires. La variété des côtes et la diversité du patrimoine immobilier ne laissent pas insensible. À ces atouts naturels s'ajoutent des éléments conjoncturels. En effet, l'immobilier se positionne comme le placement à fréquenter en priorité. Une situation largement confortée par la baisse des taux d'intérêt qui permet d'acheter à moindres frais. Logiquement, les biens de qualité, que l'on retrouve en Bretagne, se voient promis à un beau succès. Réunis à La Baule (44) du 28 au 30 mars, dans le cadre de leur convention sur l'immobilier, les notaires constatent avec satisfaction que les investisseurs prennent les bonnes décisions en choisissant le littoral breton.

Maisons de vacances
Pour tous les budgets

Le dernier baromètre immobilier des notaires bretons nous apprend que le prix médian des maisons s'élève à 175 000 €. En se rapprochant de la côte, les prix montent sensiblement, mais on constate des écarts qui prouvent que le marché s'adresse à une large clientèle.
Parmi les territoires les plus abordables, notons que sur le littoral finistérien, les maisons se négocient 130 000 €. Il faut tabler sur 155 000 € dans les Côtes-d'Armor, terroir où les prix ont tout de même augmenté de 7,3 % sur 1 an.
De toute évidence, Ille-et-Vilaine et Morbihan se montrent plus sélectifs, puisque les maisons atteignent respectivement 200 000 € et 214 500 €. C'est la Côte d'Émeraude qui a le vent en poupe dirait-on, car les prix se sont envolés de 13,6 % en 2016.

Appartements en bord de mer
Comparez les prix

Le marché des appartements côtiers semble moins sujet aux hausses de prix, puisque la plus forte augmentation se trouve dans les Côtes-d'Armor avec + 2,5 %. Dans ce secteur, il faut donc prévoir un budget de 2 500 €/m2. Mais plus au sud, dans le Morbihan, les prix s'envolent pour culminer à 3 190 €/m2. En Ille-et-Vilaine, il faudra débourser 2 840 €/m2, tandis que le Finistère s'avère encore une fois le plus abordable avec un prix de 1 870 €/m2.

Succès au rendez-vous
Des acquéreurs plus nombreux

Dans ce contexte, les ventes de résidences secondaires représentent 60 % des transactions sur le littoral breton. La relative stabilité des prix et les budgets plus modérés que sur le reste du littoral expliquent cette part significative. Comme l'indique Loïc Lecuyer : "Les prix sont aussi moins élevés que sur la côte basque et sur la côte landaise. La Côte d'Azur, n'en parlons pas. Les prix ayant baissé sur le littoral breton, ils sont abordables pour une bonne partie des gens qui cherchent une résidence secondaire en sachant que résidence secondaire veut aussi bien dire des petits studios que des grandes villas".
Dans ces conditions, l'acquéreur type d'une résidence secondaire en Bretagne est une personne âgée d'environ 50 ans, qui vient de la région parisienne et qui est cadre ou retraitée.
  •  Imprimer