Le "crowdfunding" Révolutionne L'immobilier ! - Immonot.com
Immonot, l'immobilier des notaires
Actualités - 12 October 2015

Le "crowdfunding" révolutionne l'immobilier !

CR
Christophe Raffaillac

Le crowdfunding révolutionne l'immobilier !

"Crowdfunding", le terme surprend, mais le concept apparaît séduisant. La méthode consiste à financer un projet en faisant appel à des particuliers. Ce qui en français donne "financement participatif" et semble bien attractif pour investir dans l'immobilier !

Pour le plus grand bonheur des promoteurs qui veulent lancer des projets, et des investisseurs qui souhaitent acheter à moindres frais, le "crowdfunding" pourrait bien révolutionner l'immobilier. Pour contourner quelques difficultés, liées aux banques qui ne veulent pas prêter, aux acheteurs qui n'arrivent pas à se décider… le financement participatif propulse le secteur de la promotion immobilière vers de nouveaux sommets. La formule constitue une bonne alchimie pour aller chercher des porteurs de projets que la "finance 2.0" séduit !

Crowdfunding : comment ça marche ?
Parmi les acteurs en présence, on trouve l'investisseur, le promoteur et la plateforme de crowdfunding. Cette dernière sélectionne des programmes de promotion immobilière et invite les particuliers à cofinancer l'opération aux côtés de promoteurs. Pour cela, les acquéreurs participent au projet en souscrivant des actions ou obligations. Une fois les fonds collectés et l’opération terminée, ils récupèrent leur mise de départ, assortie des intérêts générés, ainsi que d'éventuels bénéfices résultant de la vente des lots.
=> Avantage : la souscription reste abordable, puisqu'elle démarre à partir de 2 000 € environ pour un investissement sur une période de 2 à 3 ans.

Crowdfunding : quels avantages ça procure ?
Comme il convient de le faire pour un investissement immobilier à titre privé, il faut s'assurer que l'opérateur de crowdfunding participe au financement d'un programme cohérent. Cela suppose de s'intéresser à des opérations de construction situées dans des zones où il existe un déficit entre l'offre et la demande de logements, ou encore de vérifier que le programme comporte une bonne variété en termes de lots (studios, T2, T3, T4…). De plus, cela permet de participer à l'effort de logements, car les mises en chantier ont fortement reculé. Enfin, le crowdfunding peut éviter l'aval des banques - qui exigent de 25 à 30 % d’apport avant de s’engager - et ainsi favoriser des promoteurs de taille moyenne.
=> Avantage : la prise de risque demeure limitée, car les opérations ciblent des zones tendues, où il faut répondre au besoin de logements.

CR