SCPI : La Pierre Papier S'envole ! - Immonot.com
Immonot, l'immobilier des notaires
Actualités - 30 March 2015

SCPI : la pierre papier s'envole !

CR
Christophe Raffaillac

SCPI : la pierre papier s'envole !

Avec des rendements qui avoisinent les 5 %, les SCPI - Sociétés civiles de placement immobilier - réalisent de belles performances ! De bons scores qui attirent les investisseurs. Mais cela ne doit pas occulter quelques contreparties sur les frais de gestion et les conditions de revente.

Investissement : risques limités avec les SCPI
Pour bien des investisseurs, les SCPI constituent la formule idéale ! En effet, elles permettent d'investir dans des biens souvent inaccessibles, tels que des locaux commerciaux ou bureaux. Autre avantage, le coût peut se chiffrer à quelques milliers d'euros seulement. En effet, le principe repose sur l'achat de parts dans une société qui gère des biens immobiliers locatifs. Et les associés perçoivent des loyers à hauteur des sommes investies. Bien sûr, la SCPI se rémunère sur des frais de souscription allant de 5 à 15 % et des frais de gestion annuels s'élevant en moyenne à 5 %.

Rapport : bons rendements en 2014 !
Après une longue traversée du désert dans les années 1990 à 2000, en raison de leurs difficultés à louer les bureaux, les SCPI connaissent aujourd'hui un vrai regain d'intérêt. Plusieurs raisons à cela : les taux d'intérêts redonnent du pouvoir d'achat aux investisseurs, les soucis de gestion sont évités et la demande locative est au rendez-vous. Ce qui devrait assurer un rendement aux alentours de 5 % pour 2015, sensiblement le même qu'en 2014 (5,07 %).
De leur côté, les SCPI fiscales procurent des avantages en matière de défiscalisation avec les dispositifs Pinel et Malraux.

Gestion : peu de soucis avec les SCPI mais…
Le sérieux de la gestion apparaît un critère de choix essentiel. En effet, le taux d'occupation, la bonne collecte des loyers ou la programmation de travaux contribuent à générer une bonne rentabilité. Par ailleurs, au moment de choisir sa SCPI, il apparaît tout à fait essentiel d'apprécier les rapports de force entre le montant que représente la collecte des parts et celui des investissements. Il faut vérifier que la SCPI n'est pas trop lourdement déficitaire.

Risque - revente : du bon et du moins bon
Dans le marché actuel, où la demande s'avère plutôt soutenue, la liquidité des SCPI ne semble pas poser de problème. Il sera aisé de renégocier ses parts en cas de besoin. Mais dans le cas où le marché se retournerait, il sera plus difficile de revendre sans réaliser de moins-value. Un conseil dans ce cas : conserver ses parts et attendre que les investisseurs reviennent.
Dans tous les cas, les SCPI disposent de revenus réguliers, avec de nombreux locataires et d'actifs sûrs, reposant sur plusieurs immeubles. Ce qui limite les aléas au niveau de leur valeur !

CR