Immonot, l'immobilier des notaires

Primo-accédants
Ce qu'il faut savoir avant d'acheter


Primo-accédants - Ce qu'il faut savoir avant d'acheter

L'achat de sa première résidence principale est une étape importante qui doit être préparée avec soin. Maître Jean-François Jouan, notaire à Rennes, nous donne quelques conseils indispensables pour mener ce projet en toute sérénité et sécurité.

À quel moment conseillez-vous de faire l'acquisition de son premier logement ?

Il est difficile de répondre à cette question. Mais le plus tôt est le mieux et ce, compte tenu de la durée de l'emprunt qui sera souscrit à l'occasion de cette acquisition immobilière.

Quels critères faut-il privilégier dans le choix de ce premier bien ?

"L'emplacement, l'emplacement, l'emplacement". C'est le leitmotiv de tout achat immobilier. La qualité de l'emplacement doit en effet être privilégiée. D'abord, parce qu'il constituera le siège de votre famille, de votre résidence principale. Ensuite, parce qu'il faut toujours raisonner en termes de revente.

Pensez-vous qu'il vaut mieux acheter en priorité sa résidence principale ou un logement locatif ?

Sans aucun doute j'orienterai le choix de mes clients primo-accédants vers l'achat de leur résidence principale. Parce qu'ils se constituent ainsi un capital au fur et à mesure du remboursement de leur emprunt immobilier, à des conditions financières actuelles particulièrement intéressantes. Ainsi, la revente de leur résidence principale, quelques années après (en exonération totale de plus-value immobilière), leur permettra d'avoir un apport financier leur permettant d'acheter un bien immobilier plus grand ou/et plus cher.

Comment savoir si le bien repéré est au prix du marché ?

Votre notaire, qui a accès à une importante base de données immobilières propre à la profession, saura vous indiquer si le bien proposé est au juste prix. Les services de l'État ont également mis en ligne un service dénommé "DVF" (demande de valeur foncière) alimenté par les données communiquées par les notaires de France à l'occasion de chaque vente immobilière via les Services de Publicité Foncière (anciennement dénommés Conservations des Hypothèques).

Quels points faut-il vérifier s'il s'agit d'un achat dans une copropriété ?

Il faut s'assurer en premier lieu que la copropriété est saine financièrement. Pas d'endettement. Pas d'arriérés de charges importants. À ce titre, la loi "ALUR" du 24 mars 2014 oblige le vendeur à fournir à son acquéreur les informations financières relatives au montant des charges du budget prévisionnel et des charges hors budget prévisionnel (travaux de copropriété) au titre des deux derniers exercices comptables, les sommes susceptibles d'être dues au syndicat des copropriétaires par l'acquéreur (fonds de roulement), l'état global des impayés au sein de l'immeuble, la dette fournisseurs, le montant du fonds de travaux. En second lieu, il convient d'examiner les trois derniers procès-verbaux des assemblées générales qui doivent être joints au dossier de vente. Le notaire saura rédiger les clauses adéquates précisant, par exemple, que tous les travaux votés avant la signature de l'avant-contrat, exécutés ou non, seront supportés par le vendeur. Ceci est un gage de sécurité pour l'acquéreur et une mesure d'équité entre vendeur et acquéreur.


La rédaction vous recommande :