Immonot, l'immobilier des notaires
Actualités - 03 May 2021

Effet Covid et les projets immobiliers des Français

SS
Stéphanie Swiklinski

Effet Covid et les projets immobiliers des Français

Comme dans la Fable de La Fontaine, les Français se sont comportés plus en fourmi qu'en cigale, pendant cette période de Covid.

Selon le Figaro Immobilier, plus d'un quart des Français disent avoir mis de l'argent de côté depuis un an. Selon la Banque de France, ils auraient même épargné 110 milliards d'euros pour l'année 2020 et 55 milliards d'euros pour le moment en 2021. Mais vont-ils conserver ce bas de laine ou la tendance est-elle à l'investissement ?
Comme toujours, la pierre est une valeur qui rassure ! Selon un sondage Ifop pour Cafpi, 28 % des ménages qui ont eu la chance de pouvoir épargner souhaitent investir dans l'immobilier. Cela concerne essentiellement des personnes qui gagnent plus de 3 000 € par mois. Ces épargnants sont 36 % à être des cadres supérieurs, vivant en Île-de-France (30 %).
L'objectif pour eux est d'investir dans une résidence secondaire ou dans un bien destiné à la location. Les villes moyennes sont d'ailleurs très prisées. Le covid est venu à la rescousse de ces villes longtemps délaissées, voire méprisées. Elles intéressent désormais non seulement les investisseurs, mais aussi les personnes qui veulent y installer leur résidence principale.
Quand on demande aux personnes dans quel type de ville elles envisagent de déménager, 50 % d'entre elles répondent vouloir aller dans une ville de taille moyenne et 13 % dans une petite ville. Une tendance que l'on retrouve à l'échelle nationale puisque 84 % des Français préfèrent vivre dans une ville de taille moyenne plutôt que dans une grande métropole. La perception que l'on a aujourd'hui de ces villes a changé avec l'effet covid et les différents confinements.
Le baromètre des territoires a aussi interrogé ceux qui y habitent déjà pour connaître les atouts de ces villes de taille moyenne :

  • Proximité avec la nature ;
  • Proximité avec les services et les commerces ;
  • Mobilité facile.
Et ce, avec une offre culturelle satisfaisante pour 65 % d'entre eux et une offre d'enseignement supérieur satisfaisante à 64 %.
 


La rédaction vous recommande :