Régime Minceur Pour Les Charges De Copropriété - Immonot.com
Immonot, l'immobilier des notaires
Actualités - 07 January 2015

Régime minceur pour les charges de copropriété

CR
Christophe Raffaillac

Régime minceur pour les charges de copropriété

Les charges de copropriété ont tendance à peser de plus en plus, ce qui a de fâcheuses conséquences sur la santé de votre budget immobilier. Quelques règles de bonne gestion permettront de retrouver un poids de forme idéal en ce début d’année !

Avec une hausse de 5,7 % en 2013, les charges de copropriété poursuivent leur ascension, pour atteindre 17 % d’augmentation sur 3 ans. Un embonpoint qui devient critique, d’où la nécessité d’alléger certains budgets et retrouver des coûts de fonctionnement acceptables. Quelles formules minceur faut-il adopter ?

Régime n°1 : réduire les dépenses d’énergie
Parmi toutes les charges, les postes chauffage et eau chaude ont connu la plus forte augmentation avec + 10,3 % entre 2012 et 2013. Des mesures simples et efficaces permettent de réduire les dépenses en changeant de fournisseur ou en adoptant des gestes éco-citoyens.

=> Les bons réflexes :

  • comparez les prix des fournisseurs d’énergie via le site www.copro-devis.fr ;
  • faites réaliser un audit énergétique pour améliorer le rendement du système de chauffage ou le remplacer ;
  • revalidez les périodes de chauffe ;
  • et installez des compteurs de calories pour sensibiliser les résidents.

Régime n°2 : renégocier les contrats d’entretien
Une règle d’or : il faut s’assurer que les contrats répondent bien aux besoins de la copropriété. De même qu’il est important de penser à les renégocier tous les 5 ans au plus.

=> Les bons réflexes :

  • définissez un cahier des charges pour la maintenance de l’ascenseur et de la chaufferie et lancez des appels d’offres ;
  • profitez de la loi Chatel pour résilier les contrats d’assurance ;
  • ou pensez à organiser la sortie des poubelles entre copropriétaires…

Régime n°3 : changer de syndic
Entre ce que prévoit le forfait de base des syndics et les prestations supplémentaires (tenue d’une assemblée générale extraordinaire, supervision de gros travaux…), il peut y avoir des surcoûts significatifs. D’où la nécessité d’exiger le respect de l’arrêté Novelli, du 19 mars 2010, qui fixe 44 tâches de base.

=> Les bons réflexes :

  • mettez en concurrence votre syndic ;
  • négociez un forfait de base incluant un maximum de prestations particulières ;
  • si votre résidence comporte moins de 20 lots, confiez le rôle de syndic à un copropriétaire.
     
Ce que change la loi Alur…
Voulue pour mieux encadrer la gestion des copropriétés, la loi Alur s’accompagne de nombreux changements depuis avril 2014.
Priorité aux travaux avec l’instauration d’un fonds équivalent à 5 % du prévisionnel annuel, pour les immeubles d’au moins 10 lots et de plus de 5 ans.
Mais la comptabilité n’est pas négligée, puisque l’instauration de comptes séparés entre toutes les copropriétés gérées par le syndic est désormais exigée dans un souci de transparence.
Quant aux prestations des syndics, elles devraient être définies dans le cadre d’un contrat type évitant les facturations des prestations spécifiques et permettant de mieux comparer les offres de services.
Enfin, un registre national sur l’état des copropriétés est en cours de création.

 

 

 

 

 

 

 

CR