Par Christophe Raffaillac, le 12 Juillet 2017 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Le Cantal profite de la santé retrouvée de son secteur immobilier, qui se traduit par une augmentation des transactions, comme en témoigne Me Subert-Besson, présidente de la chambre des notaires du Cantal.

L'immobilier connaît le succès, le Cantal profite-t-il de cette reprise ?

Me Subert-Besson : le marché connaît une légère reprise des ventes depuis les douze derniers mois.
En revanche, les prix restent orientés à la baisse dans le nord-ouest du département. Une tendance qui caractérise dans une moindre mesure les villes comme Aurillac ou Saint-Flour.
Les primo-accédants contribuent largement à ce redémarrage de l'activité, alors que les acquéreurs de résidences secondaires font un timide retour sur le marché. En effet, le département ne manque pas d'atouts au plan touristique avec ses stations de sport d'hiver. Le Lioran profite d'une réelle dynamique, disposant d'un vrai pouvoir de séduction, mais offrant un nombre limité de biens à la vente.

Pourquoi est-il opportun d'investir ?

Me Subert-Besson : l'immobilier est une valeur sûre, le total des ventes nationales l'a confirmé (près de 900 000 transactions annuelles). Mais il reste une incertitude concernant les mesures du gouvernement. Qu'en sera-t-il de l'évolution de la taxe foncière qui pourrait être mise à contribution pour pallier la baisse des recettes avec les exonérations de taxe d'habitation… Ce qui met le doute chez certains acquéreurs, tentés de différer leur projet. Rassurons-les, puisqu'ils bénéficient de conditions très favorables pour emprunter, avec des taux d'intérêt à un niveau plancher.

Pour quelles raisons faut-il acheter une résidence principale ou secondaire ?

Me Subert-Besson : le département affiche des prix parmi les plus intéressants au plan national, ce qui en fait un marché d'opportunités pour investir dans une résidence secondaire. Car le Cantal ne manque pas d'atouts tant avec ses stations de sport d'hiver que ses activités de randonnées durant la saison estivale. Ainsi, Le Lioran s'est bien développé, et les biens de qualité constituent un excellent placement immobilier. Tout comme une résidence secondaire dans l'Artense séduit la clientèle belge notamment. Tandis que la périphérie d'Aurillac ou celle de Saint-Flour restent très prisées des jeunes actifs qui ont besoin de se loger. Phénomène assez récent : nous assistons à un flux de nouveaux habitants en quête d'un cadre de vie plus paisible, qui arrivent de grandes villes comme Montpellier.

À combien s'élève le prix médian des maisons ?

Me Subert-Besson : il se situe à 90 000 € et reste stable pour les maisons, dans un marché plus dynamique cependant en termes de demande. Précisons que pour les prix des terrains à bâtir, il existe d'importants écarts selon les secteurs.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les études du Cantal proposent des biens immobiliers à la vente. Pensez à les consulter au moment de lancer vos recherches.

En quoi le notaire peut-il aider les acquéreurs à concrétiser leur projet ?

Me Subert-Besson : toutes les études du Cantal disposent de services immobiliers et sont en mesure d'accompagner les acquéreurs et vendeurs dans leurs projets.

INFO UTILE

Les notaires vous accueilleront sur leur stand à l'occasion du salon de l'habitat d'Aurillac du 22 au 25 septembre 
  •  Imprimer