Par Christophe Raffaillac, le 4 Octobre 2019 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Apprécié pour sa qualité de vie, le département de l'Indre peut aussi compter sur la douceur de son marché immobilier. Comme nous le confie Guillaume CAUËT, notaire à Saint-Gaultier, les opportunités d'acheter ne manquent pas, au point que Châteauroux commence à être victime de son succès ! Interview exclusive pour immonot.

Comment les prix ont-ils évolué dans votre secteur ?

Guillaume CAUËT : Les prix des maisons se caractérisent par leur stabilité, voire leur tendance baissière dans les zones rurales. Cependant, le marché des maisons à Châteauroux, proche de notre étude, suscite un vrai regain d'intérêt auprès des acquéreurs. Soulignons que le prix des terres agricoles reste en constante augmentation depuis plus de 10 ans.

Pouvez-vous nous donner une fourchette de prix pour une maison ? Et pour un appartement ?

Guillaume CAUËT : le prix des maisons dans l'Indre s'élève à 1 000 €/m2. Sur l'échelle des valeurs, nous relevons une fourchette haute de 1 500 €/m2 à Châteauroux et un prix plancher très modeste de 600 €/m2 en zone rurale. Le tarif moyen se situe dans un budget allant de 100 000 à 120 000 € environ. Les amateurs de maisons de campagne peuvent réaliser de bonnes affaires s'ils apprécient de s'installer ou de disposer d'une résidence secondaire dans des secteurs plutôt ruraux. En effet, un bien à rafraîchir de 80 m2 se négocie pour moins de 50 000 €. Quant au marché des appartements, les transactions se concentrent essentiellement sur la ville de Châteauroux.

Diriez-vous que les acquéreurs sont en position de force pour négocier ?

Guillaume CAUËT : en zone rurale, je peux dire que c'est plutôt l'acheteur qui fait le prix. En zone urbaine, il se trouve moins en position de force, car la demande de logement apparaît beaucoup plus soutenue, notamment dans la ville de Châteauroux et sa périphérie.

Quels critères faut-il privilégier dans le choix d'un bien ?

Guillaume CAUËT : tout dépend s'il s'agit d'une résidence principale ou d'un investissement locatif. Les biens destinés à la location offrent de très bons taux de rendement, mais il ne faut pas envisager de réaliser une plus-value en cas de revente. Dans tous les cas, il faut agir avec bon sens et en fonction de ses besoins.

Quelle tendance prévoyez-vous pour l'évolution des prix ?

Guillaume CAUËT : les prix dans les secteurs ruraux ne devraient pas subir de hausse…

Que préconisez-vous pour réaliser une acquisition sereine ?

Guillaume CAUËT : Il convient en premier lieu de vérifier sa capacité d'endettement avec son banquier. Elle détermine son budget immobilier et permet de fixer ses principaux critères de recherche. La prise de rendez-vous chez le notaire qui s'ensuit sera d'autant plus efficace que ce dernier pourra trouver la maison la mieux appropriée au projet des acquéreurs !

Propos recueillis en sept. 2019
  •  Imprimer