Publié le 24 septembre 2018  par Marie-christine Ménoire dans Actualités

Face aux infractions et accidents répétés, le Code de la route va sanctionner plus sévèrement les automobilistes qui refusent le passage aux piétons. Explications de cette nouvelle règle.

Difficile parfois pour les piétons de se frayer un passage entre les véhicules, même s'ils sont sur les passages cloutés. Face au nombre croissant d'accidents, il est apparu urgent de renforcer la sécurité des piétons. C'est désormais chose faite.
À partir de janvier 2019, le conducteur qui ne cède pas le passage au piéton s'engageant régulièrement dans la traversée d'une chaussée ou manifestant clairement l'intention de le faire encourt une perte de 6 points sur son permis de conduire, contre 4 auparavant. Cette sanction s'accompagne, comme avant, d'une amende de 135 euros. Le permis de l'automobiliste peut également être suspendu pour une durée maximale de trois ans, avec une limitation possible à la conduite en dehors de l'activité professionnelle. La constatation de cette infraction peut par ailleurs se faire par simple vidéo-verbalisation.
Le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) ajoute que "d'autres mesures sont en préparation pour protéger les piétons". "Elles concernent l'aménagement des passages piétons", précise l'organisme. "Il s'agira de repenser les abords immédiats des passages piétons pour augmenter leur visibilité à leur approche et de matérialiser une ligne d'effet des passages piétons en amont de ceux-ci pour indiquer l'endroit où les véhicules doivent s'arrêter pour les laisser traverser."

Décret n° 2018-795 du 17/09/2018 relatif à la sécurité routière, JO du 18
  •  Imprimer