Immonot, l'immobilier des notaires
Je finance mon projet - 2 Décembre 2020
Des petits prêts pour un grand projet

Des petits prêts pour un grand projet

Accession à la propriété, travaux… Quel que soit votre projet immobilier, sa concrétisation est subordonnée à l'obtention d'un prêt immobilier. À côté des incontournables Prêt à taux zéro (PTZ) ou Prêt épargne logement (PEL), il existe de nombreuses autres possibilités de financement.

Votre première acquisition à 0 %

Le Prêt à taux zéro (PTZ) fait désormais partie des "incontournables" pour financer l'achat de sa première résidence principale. Sans frais de dossier ni intêrets, le PTZ sera un complément de bon augure aux autres prêts immobiliers que vous aurez souscrits.
Son obtention, ainsi que son montant et ses modalités de remboursement, dépendent du montant de l'opération, de la zone où se situe l'achat immobilier à financer, du nombre de personnes composant le ménage  et de ses ressources. Pour connaître le montant du PTZ autorisé, on applique un pourcentage au coût maximum de l'opération, dans la limite d'un plafond (40 % du coût de l'opération).
Dernière heure : dans le cadre de l'étude du budget 2021, les députés ont voté un amendement pour prolonger le PTZ au moins jusqu'à fin 2022 et revoir ses conditions d'éligibilité. Jusqu'à présent, en effet, l'accès à ce prêt était subordonné aux revenus de l'année N-2. À partir du 1er janvier 2022, ce seront les revenus de l'année en cours qui seront pris en compte.

Et toujours le PEL Le Plan d'épargne logement (PEL) peut vous aider à constituer une épargne destinée à l'achat d'un bien immobilier ou pour des travaux. Son taux d'intérêt, fixé à l'ouverture, est de 1 % depuis le 1er août 2016. Les intérêts sont capitalisables, c'est-à-dire qu'au 31 décembre de chaque année, ils viennent s'ajouter au capital déjà épargné et deviennent producteurs d'intérêts supplémentaires.

Sa durée minimale est de 4 ans. Le PEL peut être alimenté pendant 10 ans. Passé de délai, vous ne pouvez plus effectuer de versements, mais votre PEL continue de produire des intérêts pendant 5 ans.

Devenez propriétaire du logement que vous louez

Le Prêt social location-accession (PSLA) permet à des ménages sans apport personnel et aux revenus modestes d'acquérir le logement qu'ils occupent comme locataires. Les opérations réalisées dans le cadre de ce dispositif comportent deux phases :
  • dans un premier temps, le ménage qui occupe le logement acquitte, auprès d'un opérateur (hlm…), une redevance composée d'une indemnité d'occupation et d'une épargne (la "part acquisitive") ;
  • à l'issue de cette première phase, dont la durée peut être variable, le ménage a la possibilité d'opter pour le statut d'accédant à la propriété. Le prix de vente du logement ne devra pas excéder un plafond par mètre carré de surface utile, révisé chaque année le 1er janvier en fonction de la variation annuelle de l'indice du coût de la construction.
À noter : le PSLA donne droit aussi à l'APL (Aide personnalisée au logement), à un taux de TVA réduit à 5,5 % (voire même une exonération de TVA si l'option est levée dans les 5 ans de l'achèvement de la construction) et à une exonération de la taxe foncière pendant les 15 premières années.
Enfin, pour garantir l'acquéreur contre les accidents de la vie (chômage, maladie, décès…), le PSLA s'accompagne d'une garantie de rachat du logement et d'une garantie de relogement.

Ne faites pas l'impasse sur le PAS

Le Prêt à l'accession sociale (PAS) a pour objectif d'aider les  personnes percevant des revenus modestes à accéder à la propriété. Les logements neufs, anciens, les terrains et les travaux d'amélioration sont éligibles. Les travaux devant atteindre un montant minimum de 4 000 €. Ce prêt, accordé sous condition de ressources, peut financer l'intégralité du projet. À l'exception des frais de notaire, d'hypothèque et d'instruction du dossier de prêt qui ne sont pas pris en compte dans le coût total du projet. La durée de remboursement varie entre 5 et 30 ans au maximum.
À savoir : le PAS peut être complété par un PTZ, un prêt Action Logement, un prêt d'épargne logement, un prêt relais, une subvention de l'Anah ou encore l'Aide Personnalisée au Logement (APL). Par contre, un PAS ne peut pas être complété par un prêt immobilier " classique" souscrit auprès d'une banque. 

Votre entreprise à vos côtés pour réaliser vos projets

Si vous travaillez dans une entreprise privée non agricole de 10 salariés et plus, peut-être pourrez-vous bénéficier d'une des nombreuses aides distribuées par Action Logement. Par exemple son prêt accession d'un montant maximum de 40 000 euros (dans la limite de 40 % du coût total de l'opération). Accordé sans frais de dossier, ni garantie ou caution, le prêt accession peut être demandé par exemple pour une opération de construction, d'achat d'un bien immobilier à titre de résidence principale (neuf ou ancien, avec ou sans travaux), d'agrandissement d'un logement par extension, surélévation ou la mise en état d'habitabilité de locaux pour un montant de 20 000 € maximum de travaux.
Action Logement c'est aussi des aides pour… réaliser vos travaux, investir, déménager, surmonter des difficultés par exemple pour payer vos loyers.

Passez le relais à votre banquier

Le prêt relais vous permettra de financer l'achat d'un nouveau bien avant même la vente du précédent. Ce qui peut être votre situation si vous devez trouver une autre résidence suite à une mutation professionnelle. Or il est très rare de coordonner parfaitement les deux opérations de vente et d'achat.

Il existe deux formules de prêts relais. Le prêt relais dit "sec" où le prix de vente couvre le prix d'achat du nouveau bien. Vous ne remboursez dans ce cas que de petites mensualités qui correspondent aux intérêts. Cela suppose aussi que le prêt de votre maison actuelle soit fini de payer. Une fois votre logement vendu, le capital du prêt relais sera soldé en une fois, grâce au produit de la vente.
La seconde option est le prêt relais dit "adossé". C'est la solution la plus courante, car dans la majorité des cas, vous avez un emprunt toujours en cours. Le problème est donc de ne pas avoir à rembourser deux prêts en même temps ! Le prêt relais va alors être adossé ou couplé à votre prêt principal en vous proposant une seule mensualité à rembourser.
Intéressant : le prêt relais est accordé si vous détenez en propre le bien que vous mettez en vente ou s'il est détenu via une SCI (Société civile immobilière), si celle-ci se porte acquéreur également du nouveau logement.

Pensez-y aussi En dehors des établissements financiers, d'autres organismes peuvent vous aider à boucler votre budget. C'est notamment le cas des collectivités territoriales et des caisses de retraites et mutuelles. Si vous êtes agent titulaire de la fonction publique de l'État ainsi que les personnels des départements et des communes... vous pouvez peut-être prétendre aux prêts fonctionnaires. Renseignez-vous auprès de toutes ces instances pour savoir s'il existe de telles aides et connaître leurs modalités d'attribution.

Pour vos travaux, demandez un coup de main à votre banquier

L'éco-PTZ est la déclinaison du PTZ destinée à la rénovation. Ce prêt bancaire à 0 % d'intérêt vous permettra d'emprunter pour 15 ans de 7 000 à 30 000 € pour faire réaliser vos travaux de rénovation énergétique par une entreprise. Ce prêt est accessible sans conditions de ressources. Depuis le 1er mars 2019, plus besoin de réaliser un bouquet de travaux de rénovation énergétique. Vous pouvez bénéficier de l'éco-PTZ pour un seul type de travaux. Le montant maximal varie en fonction du nombre de travaux et de leur nature :

Si vous bénéficiez d'une subvention de l'Anah pour réaliser des travaux d'amélioration de performance énergétique, le plafond de l'éco-PTZ est de 20 000 €.

À saisir : il est possible de demander à cumuler deux éco-PTZ, et ce jusqu'au 31 décembre 2021, à condition que le montant du second soit inférieur à 30 000 €. Il faut avoir engagé les démarches dans les 5 ans qui suivent le premier prêt. 


La rédaction vous recommande :