Par Marie-christine Ménoire, le 7 Octobre 2019 dans JE RÉNOVE - Je réalise des travaux

Vous ne savez plus où ranger tout votre "petit" bazar. Vélos, jeux des enfants, matériel de bricolage ou de jardinage... se multiplient à vue d'œil. Toutes vos pièces sont déjà bien encombrées et dans votre jardin, aux yeux
de tout le monde, ce n'est pas très esthétique. Sans parler des voitures qui stationnent à l'extérieur. Solution : construire une extension.

Un garage pour votre voiture mais pas seulement

Vous n'avez plus envie de tourner pendant des heures pour vous garer en rentrant du travail, de gratter le pare-brise gelé de votre voiture l'hiver ou de craindre qu'elle se transforme en sauna après être restée stationnée en plein soleil... La solution : construire un garage. Si le garage n'est pas forcément une priorité lorsqu'on achète ou fait construire sa maison, il peut devenir assez rapidement indispensable. Le premier usage du garage sera bien sûr pour y abriter votre véhicule. Mais cet agrandissement vous permettra aussi de profiter d'une pièce supplémentaire pour y ranger certains accessoires encombrants (vélos…), pour y prévoir un petit coin atelier pour bricoler ou y installer une buanderie. En cas de revente, ce sera également une plus-value car bon nombre d'acheteurs sont à la recherche d'une maison avec garage.
Souvent accolée ou accessible depuis la maison, cette pièce non habitable à l'origine pourra être rénovée et transformée, pour devenir au fil de vos besoins et des années un studio, une cuisine d'appoint ou un bureau… Dans cette hypothèse, pensez à l'isolation mais aussi aux branchements électriques et à l'arrivée d'eau.

Le carport : le bon compromis

Vous n'avez pas de garage et ne voulez pas vous lancer dans de grands travaux. Optez pour le carport qui sera un bon compromis. Quelques précautions sont cependant à prendre :
• définissez la taille nécessaire en fonction du ou des véhicules que vous envisagez d'y stationner
• en fonction de la superficie, renseignez-vous pour savoir s'il faut un permis de construire ou pas
• choisissez le bon emplacement en privilégiant un terrain plat, si possible bétonné, facile d'accès et pas trop éloigné de votre habitation
• prévoyez des fondations et fixations assez solides pour sa stabilité.

Un abri ou une cabane au fond du jardin

Quoi de plus courant qu'un abri ou une petite cabane au fond de son jardin pour y ranger le matériel de jardinage, les meubles de jardin... Encore faut-il qu'il soit bien choisi et être attentif :
  • à l'endroit où vous voulez l'installer et de la place dont vous disposez dans le jardin
  • au matériau. Bois, métal, PVC… vous aurez l'embarras du choix mais de l'un à l'autre, le coût, la solidité et l'entretien seront différents
  • à sa dimension en fonction de la superficie de votre jardin mais aussi de l'usage que vous voulez en faire.
Cette construction, apparemment "anodine", est également soumise à réglementation (permis de construire ou déclaration préalable de travaux) et peut même être passible d'une taxe d'aménagement. Cette taxe d'aménagement, instaurée par la loi de finances rectificative de 2010, concerne en fait toutes les installations de plus de 5 m2. Peuvent donc également être concernés les vérandas, piscines, garages… Elle s'applique aussi lors du dépôt d'un permis de construire (y compris lors d'une demande modificative générant un complément de taxation) ou d'une déclaration préalable de travaux. Chaque collectivité locale est libre de l'appliquer ou pas. Pour 2019, la valeur de référence est fixée à 753 euros hors Île-de-France ou 854 euros en Île-de-France.

Et pourquoi pas une véranda ?…

Lorsque l'on envisage de construire une véranda, c'est bien souvent pour gagner de la place et profiter d'un espace lumineux… Selon vos envies, vous pourrez faire de cette extension, un jardin d'hiver, une salle à manger, une salle de jeux, une bibliothèque…
Trait d'union entre votre intérieur et le jardin, la véranda est une valeur ajoutée qui met en valeur votre maison. Comme tout projet de grande envergure, la construction d'une véranda ne s'improvise pas. Cette extension doit être mûrement réfléchie et vous devez penser à :
  • son usage. Jardin d'hiver, sas d'entrée pour vous protéger du froid et des intempéries, pièce à vivre, bureau… la véranda peut être tout cela ! En revanche, mieux vaut réfléchir à son utilisation dès sa conception, car se poseront les questions notamment des raccordements et du chauffage
  • sa surface, qui sera conditionnée par la place dont vous disposez ainsi que l'usage de cet agrandissement
  • son orientation pour profiter au maximum de la lumière qu'elle emmagasine et diffuse
  • son confort. Isolation, chauffage, aération… sont autant d'éléments qui devront être pris en compte dès la conception du projet.

… ou une extension ?

Si aucune des solutions précédentes ne vous tente ou n'est réalisable, il existe d'autres façons d'agrandir sa maison. Mais elles sont souvent tributaires de l'existant, de la configuration des lieux et de la place disponible. Chaque cas est particulier et seul un professionnel pourra vous indiquer celle qui est la mieux adaptée :
  • construire une ou plusieurs pièces supplémentaires contre le bâti existant. Cette "extension horizontale" sera la solution idéale à condition d'avoir assez de terrain. Pensez aussi à consulter votre mairie pour savoir si vous avez le droit d'ajouter de la surface à la construction existante. À part ces deux préoccupations préalables, l'extension horizontale apparaît être la méthode permettant le plus de liberté quant au choix de la forme et des matériaux. L'extension pourra être dans le même style que l'existant ou au contraire totalement en rupture. Vous pouvez en profiter pour jouer avec les contrastes de style, de couleur ou de matériaux. Au niveau travaux proprement dit, même s'ils sont identiques à ceux nécessaires lors d'une construction à part entière (fondation, terrassement, plomberie...), votre intérieur existant ne sera pas trop "perturbé" par le chantier (puisque tout se passera à côté...)
  • surélever la maison (on parle dans ce cas "d'extension verticale"). Cette solution, souvent adoptée si vous n'avez pas beaucoup de terrain, notamment pour créer de nouvelles chambres, s'avère plus complexe techniquement. Cela suppose de démonter la toiture existante, monter des murs et des cloisons avant de refaire une nouvelle toiture, prévoir un escalier... Et en plus, la structure existante devra être assez solide pour supporter le poids de l'étage supplémentaire ! Ce serait dommage que tout s'écroule comme un château de cartes
  • aménager les combles. Là encore, les travaux sont conséquents (modification du plancher et parfois même de la charpente pour avoir suffisamment de hauteur sous plafond, isolation, électricité, plomberie, chauffage, création de fenêtres et pose de portes et d'un escalier...).

 

Quelques formalités à ne pas oublier

Toute construction ou agrandissement peut déclencher des démarches préliminaires avant de poser la première pierre. Même si les garages, abris de jardin, carports… ne sont pas destinés à l'habitation, ils sont considérés comme des annexes, qu'ils soient attenants à la maison ou bien dans une construction séparée de l'habitation, et sont soumis aux mêmes règles d'urbanisme que n'importe quel bâtiment. Idem pour la véranda. Selon la superficie, vous devrez déposer un permis de construire ou une déclaration préalable. Vous devrez donc commencer par consulter les documents d'urbanisme de votre commune pour savoir si votre projet est réalisable et dans quelles conditions (couleur de la toiture, distance à respecter…). Si vous êtes en lotissement, n'oubliez pas de prendre également connaissance du règlement. Lui aussi peut vous donner des indications importantes sur ce que vous pouvez faire ou pas.
N'oubliez pas de déclarer l'agrandissement et la création d'une dépendance aux services fiscaux car cela peut modifier la base de calcul de la taxe foncière. Pensez également à en parler à votre assureur qui, dans la majorité des cas, opèrera une extension de garantie de l'assurance habitation principale. Une telle modification du contrat initial peut donc entraîner une augmentation de la cotisation annuelle d'assurance habitation.
  •  Imprimer