Par Christophe Raffaillac, le 3 Octobre 2017 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Attirante pour les acquéreurs, la Gironde est tout aussi séduisante pour les viticulteurs. Philippe LAVEIX, notaire à Sauveterre-de-Guyenne, préside Jurisvin, réseau spécialisé dans le droit du vin et de la vigne, qui accompagne les producteurs.

Que conseillez-vous aux acquéreurs d'une propriété viticole ?

Philippe LAVEIX. Il importe donc de bien fixer ses objectifs selon que l'on exerce déjà en tant que viticulteur ou que l'on s'installe. C'est une activité plutôt compliquée, qui nécessite d'avoir des connaissances et un peu d'expérience. Il faut être à la fois un bon cultivateur, bon vigneron, bon gestionnaire et bon commercial. Il est rare de réunir toutes ces qualités. En fonction du projet professionnel, le notaire de Jurisvin accompagne au mieux les personnes qui se reconvertissent ou les investisseurs qui se diversifient. Ces derniers disposent de gros moyens, et peuvent se faire entourer par de bons conseillers, tels des œnologues, des chefs de culture... Prudence toutefois à tous les nouveaux exploitants, qui passent d'un mode de vie urbain à celui du monde agricole !

Peut-on aisément trouver une propriété viticole à acheter ?

Philippe LAVEIX. Il faut bien déterminer son budget. Les exploitations vont de 500 000 à 10 millions € et plus bien sûr… Il est souvent conseillé de disposer d'un apport représentant en moyenne 50 % du prix d'acquisition, mais il peut être moindre en présence d'un bon business plan. Dans les terroirs tels que les Côtes de Bourg, les Graves... un domaine viable se négocie environ 1 million € selon la taille, la qualité des bâtiments et des équipements. La question à se poser est de savoir si l'exploitant produit en chai particulier ou dans une coopérative. Cela peut être aussi prudent de confier la vinification à des partenaires. Ce qui laisse du temps pour apprendre à élever son vin. Cela permet de confier la récolte à la cave coopérative qui va commercialiser le vin. On peut aussi s'adresser à une « winery » qui achète directement les grappes de raisin. Le rôle du notaire consiste à accompagner le client et à faire en sorte que l'exploitation soit une réussite.

Comment les prix évoluent-ils ?

Philippe LAVEIX. Les propriétés viticoles se vendent quel que soit le contexte immobilier, plus favorable ou plutôt atone. Ce qui prouve que la terre viticole reste un patrimoine des plus recherchés et procurant de la sécurité. Les appellations Bordeaux supérieur, Blaye, Bourg, ou bien les graves par exemple, qui font partie des terroirs les plus abordables, représentent une grande partie des vignobles échangés sur les 120 000 ha de vignes que compte le vignoble bordelais. Avec ses 60 appellations au total, c'est le département où il se produit le plus de vin fin au monde, un vignoble qui dépasse même celui de pays comme l'Australie. Mais la concurrence des autres pays producteurs rajoute à la difficulté, il faut donc bien  définir son positionnement produit, trouver son créneau de vente, promouvoir son vin.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Jurisvin regroupe les notaires experts sur le droit de la vigne et du vin. Ils exerçent dans les principaux terroirs viticoles, Bordeaux, Bourgogne, Rhône… et accompagnent les viticulteurs au plan juridique. Le site  jurisvin.fr donne des informations pratiques et d'actualité en direction des professionnels.

Quels services apportez-vous aux vignerons dans leur installation ?

Philippe LAVEIX. Jurisvin est un réseau qui regroupe depuis 17 ans les études de notaires situés dans les régions viticoles. À ce jour, ce réseau, que j'ai créé et que je préside, compte 45 études dans les plus grandes régions viticoles, tant en Bourgogne, en Corbières, en Champagne, sur le Val de Loire, et bien sûr dans le Sud-Ouest... Ce qui nous permet de mieux appréhender les questions juridiques liées au monde du vin. L'AIDV, association mondiale des juristes du droit du vin et de la vigne, à laquelle nous adhérons, nous permet de rencontrer des juristes et avocats du monde entier pour nous perfectionner sur toutes les questions liées à cette activité délicate, mais passionnante !

Propos recueillis en septembre 2017

INFO UTILE

Bordeaux accueille  le congrès de l'AIDV (association mondiale des juristes du droit du vin et de la vigne) en octobre. Ce qui permet aux notaires de Jurisvin de participer pour mieux maîtriser les questions juridiques sur la production du vin.
  •  Imprimer