Par Marie-christine Ménoire, le 11 Septembre 2019 dans JE VEUX DES INFOS PRATIQUES - Je m'informe sur mes droits

On n'arrête pas le progrès. Face à la pénurie de médecins, surtout dans les campagnes, il fallait bien trouver une solution pour répondre à la demande des patients, et plus particulièrement de ceux ayant des problèmes de mobilité. Et la téléconsultation est née.

Qu'est-ce que c'est ?

Il s'agit d'une consultation médicale entre le patient et un médecin. Jusque-là rien de nouveau. Mais la différence c'est que ces deux personnes ne sont pas face à face dans un cabinet médical. Tout se passe par visioconférence. Mais attention, il n'est pas possible de consulter n'importe quel médecin par ce biais. Cette pratique doit s'inscrire dans le cadre du parcours de soins. Par conséquent, elle relève de la décision du médecin traitant qui juge de la pertinence d'une telle prise en charge plutôt que d'une consultation en direct. En pratique, cela suppose que le patient soit connu du médecin et qu'au moins une consultation physique ait eu lieu dans les 12 mois précédents.
La téléconsultation peut être pratiquée par tout médecin libéral conventionné mais aussi les spécialistes, quels que soient leur spécialité et leur lieu d'activité (cabinet, maison de santé, hôpital, clinique…). L'opportunité d'une telle forme de consultation est appréciée au cas par cas par le médecin traitant.
Comme dans le cadre d'une consultation classique, certains spécialistes peuvent être consultés sans que cela nécessite auparavant une consultation par le médecin traitant. C'est le cas par exemple pour les ophtalmologues, les stomatologues…
Il est également possible d'être "dispensé" du respect des règles du parcours de soins coordonné, notamment si le patient n'a pas de médecin traitant désigné ou si celui-ci n'est pas disponible dans des délais compatibles avec l'état de santé du malade ou encore en cas de situations d'urgence.

Que des avantages

La téléconsultation a plus d'un avantage. Elle permet :
• l'accès aux soins même pour les personnes ayant des soucis de mobilité ou éloignées
• la réduction des délais avant d'avoir un rendez-vous pour une consultation
• de trouver une solution pour palier les déserts médicaux

En pratique, ça se passe comment ?

Tout commence de façon "traditionnelle" avec une prise de rendez-vous avec son médecin ou sur proposition de celui-ci. Cependant, le recours à la téléconsultation relève de la décision du médecin traitant qui juge de sa pertinence. Si c'est le cas, en amont, le médecin demande et recueille le consentement du patient pour réaliser la téléconsultation, puis il lui envoie un lien internet en lui indiquant l'heure prévue pour le rendez-vous. Celui-ci pourra se dérouler au domicile du patient ou dans un lieu dédié à proximité de son domicile (pharmacie, maison de santé…) équipé de matériel médical nécessaire à la consultation (balance, stéthoscope, tensiomètre, rétinographe pour le fond d'oeil…).  Le patient n'aura plus alors qu'à se connecter sur un site internet ou une application sécurisée via son ordinateur ou une tablette équipée d'une webcam.
Suite à la consultation, le médecin prescrira des soins, médicaments ou un examen complémentaire chez un spécialiste. La prescription sera transmise au patient par courrier ou sous forme électronique (toujours avec des garanties de sécurité et de confidentialité obligatoires). Un compte rendu est également rédigé par le médecin qui l'archivera dans le dossier du patient ou dans son dossier médical partagé (s'il en a un), ou bien il le transmettra au médecin traitant (si le médecin téléconsultant n'est pas le médecin référent).

Comment régler la consultation ?

Rassurez-vous, la téléconsultation n'est pas plus chère qu'une consultation en cabinet médical. Il peut arriver que le médecin qui accompagne le patient lors d'une téléconsultation pratiquée par un confrère facture la consultation de son côté. Les médecins libéraux peuvent également pratiquer des dépassements d'honoraires dans les conditions habituelles. La carte vitale ne pouvant pas être lue à distance, le médecin rédigera une feuille de soins.
La consultation pourra être réglée par virement bancaire, chèque, paiement en ligne ou tiers payant. Quel que soit le mode de paiement choisi, le patient en retrouvera une trace dans son décompte, sous l'intitulé "téléconsultation".
Côté remboursement, là encore, pas de souci à se faire. La prise en charge par l'assurance maladie sera la même dès lors que les conditions sont réunies, avec l'application du tiers payant pour les patients qui en bénéficient.

La télémédecine : une autre façon de soigner

Au-delà de la téléconsultation, d'autres techniques ultra modernes révolutionnent le monde de la médecine :
• la télé-expertise : le médecin traitant demande à distance un avis spécialisé sur la prise en charge du patient (par exemple un dermatologue pour un grain de beauté suspect, un neurologue pour prendre son avis lors de la lecture d'imagerie cérébrale…)
• la télésurveillance des maladies chroniques : il s'agit d'un recueil puis d'une transmission automatique de données sur l'état de santé du malade au médecin qui interprète les données et met en place une prise en charge adaptée
• la télé-assistance médicale : lors d'un acte technique, le professionnel de santé est assisté par un confrère à distance.
  •  Imprimer