Par Christophe Raffaillac, le 13 Mars 2019 dans JE VEUX DES INFOS PRATIQUES - Je m'informe sur mes droits

Avec les ventes aux enchères, les objets de valeur s'achètent une nouvelle destinée auprès d'acquéreurs passionnés. Proposés à un prix attractif, ils vont passer dans de nouvelles mains après que le commissaire-priseur constate la meilleure offre sous les trois coups de son maillet.

Voilà des ventes qui sortent des sentiers battus. Les enchères permettent d'acheter des objets plus ou moins rares dans des conditions peu communes.
L'occasion de dénicher des meubles anciens, des objets de collection ou des pièces de valeur à des prix attractifs puisque cette vente se réalise en fonction des offres des autres acquéreurs. Ces derniers pourront faire monter les prix si la rareté ou l'attractivité du produit en question agite la salle. Selon la fougue des acquéreurs, la possibilité de réaliser une bonne affaire n'est pas à écarter compte tenu des mises à prix planchers pratiquées.

DES PROFESSIONNELS AU SERVICE DES ENCHÈRES

Les commissaires-priseurs, professionnels de la vente aux enchères, sont titulaires d'une formation spécifique pour réaliser l'expertise, l'évaluation et la vente aux enchères de biens mobiliers.

Des objets étonnants

Les salles de vente s'apparentent à la caverne d'Ali Baba ! On peut y trouver des objets d'une grande diversité et parfois très bien cotés. C'est un lieu de passage obligé pour se procurer aussi bien des pièces de collection que des objets bien plus courants.
Les amateurs le savent bien, ce n'est pas la grosseur de la pièce qui en fait sa valeur ! Il suffit par exemple de se rendre sur les sites spécialisés tels qu'interencheres.com pour le vérifier. Les grands enfants y découvriront, par exemple, une Citroën 2CV fourgonnette miniature qui a été fabriquée en 1959 par Dinky Toys, célèbre marque de petites voitures d'origine anglaise. Aujourd'hui très recherchée par les collectionneurs, cette pièce se vend 7 700 €. Au-delà de ces exemples frappants, le commissaire-priseur réalise une expertise avant de vendre les objets. Ses connaissances en matière d'art lui permettent donc de fixer un prix de référence sur le marché.

Une découverte captivante

Avant chaque vente, les objets livrent tous leurs secrets aux futurs acquéreurs qui peuvent ainsi porter des enchères éclairées. En effet, c'est important de découvrir les lots proposés à la vente et de profiter des explications du commissaire-priseur sur la date de fabrication de certains meubles, leur histoire… Cela peut éviter, par exemple, de confondre un meuble d'époque avec un meuble de style. Leurs prix peuvent aller du simple au décuple, surtout si le nom d'un ébéniste célèbre apparaît gravé sur les montants.

Des ventes passionnantes !

C'est le jour J que les enchères vont capter toutes les attentions. Après avoir lu les conditions de la vente, le commissaire-priseur procède à la mise aux enchères du premier lot. C'est après l'annonce de son prix de départ que les acquéreurs peuvent porter les enchères. Pour participer, un signe clair de l'acquéreur (simple geste de la main) suffit pour indiquer au commissaire-priseur qu'il souhaite faire une offre supérieure. Dans ce cas, le montant se voit fixé par le pas d'enchère défini par le commissaire-priseur. S'il s'agit d'une enchère sur la base d'un prix, il convient d'annoncer son montant à voix haute sachant qu'elle peut être refusée par le professionnel chargé de la vente.
Le mot « adjugé » prononcé par le commissaire-priseur, assorti en général d'un coup de marteau, clôt les enchères. Il formalise le transfert de la propriété. Logiquement, c'est le dernier enchérisseur ayant formulé l'enchère la plus élevée qui remporte la vente. Sauf si le prix de réserve fixé par le vendeur n'a pas été atteint.

Des acquisitions intéressantes

Cette mise en concurrence entre acquéreurs les conduit à se mettre d'accord sur un vrai prix de marché. Les enchères permettent de réguler automatiquement le bon prix à payer. À l'exception des collectionneurs fortunés et passionnés qui peuvent investir des sommes importantes et accepter des transactions quelque peu irrationnelles…
Au prix à régler s'ajoutent les frais d'adjudication librement fixés par les professionnels dans le cadre des ventes volontaires. S'il s'agit de ventes judiciaires, les frais légaux en sus des enchères sont fixés par la loi et s'élèvent à 14,40 % TTC.

VENDRE DES OBJETS AUX ENCHÈRES

Après avoir consulté le commissaire-priseur, celui-ci se déplace et donne une première estimation pour les objets à vendre, le plus souvent verbale et gratuite.
Il conseille sur l'opportunité de mettre l'objet en vente en fonction du marché et de l'état. Un prix de réserve, valeur en dessous de laquelle l'objet ne peut être adjugé, peut être fixé pour éviter toute déconvenue.
  •  Imprimer