Par Christophe Raffaillac, le 25 Septembre 2018 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Septembre nous renvoie aux récoltes qui se déroulent dans de nombreux vignobles comme ceux de la Gironde. Il n'y a pas que dans la viticulture que le savoir-faire peut être mis à profit pour produire de grands crus. Dans l'immobilier aussi, l'intervention d'un professionnel de confiance participe bien sûr à la signature d'une belle vente, comme en temoigne Marilyne Guyot, négociatrice à a la Scp Faure et Vignes à Sainte-Foy-la-Grande (33).
 

En quoi les secteurs ruraux sont-ils attractifs au plan immobilier ?

Marilyne Guyot : la qualité de vie (climat favorable) fait partie des atouts de notre secteur puisque de nombreux jeunes retraités se laissent séduire par Sainte-Foy-la-Grande et ses environs pour venir s'installer. Les primo-accédants y trouvent aussi de bonnes opportunités pour se loger. Enfin, les investisseurs peuvent dénicher des biens accessibles qu'ils vont louer à des prix confortables. N'oublions pas non plus les loueurs de meublés, de type gîte ou chambre d'hôte, qui peuvent répondre à une forte demande de touristes.

Sur quel prix médian faut-il compter sur votre secteur ?

Marilyne  Guyot : les amateurs de maisons en pierre trouvent leur bonheur à partir de 180 000 €, avec de belles demeures rénovées par les Anglais, qui les ont revendues depuis. Pour des maisons plus classiques, qui ciblent en priorité les primo-acquéreurs, il faut compter un budget de 130 000 €. Précisons que des personnes qui rêvent d'une propriété viticole accèdent à des biens d'agrément avec 2 à 3 ha de vignes, à un prix très attractif !

Comment accompagnez-vous les acquéreurs dans leur projet ?

Marilyne  Guyot : c'est le clerc qui coordonne le suivi de la relation entre le client et l'étude. Ce qui permet à ce dernier d'avoir un seul et même interlocuteur tout au long de son projet immobilier. Que ce soit au plan juridique ou en lien avec la transaction, l'acquéreur dispose d'informations très précises et personnalisées.

Quelles précautions faut-il prendre dans le choix d'un bien ?

Marilyne  Guyot : il faut être sûr de ses critères de choix et se méfier des achats coup de cœur. Il convient aussi d'être vigilant par rapport à l'environnement et éviter les bords de route, très boudés des acheteurs, ou les logements énergivores trop coûteux en chauffage… Enfin, méfiance par rapport aux programmes immobiliers neufs pour lesquels la demande locative n'est pas au rendez-vous. Conséquence : les propriétaires peinent à revendre leur bien même à moitié prix. D'où l'intérêt de se déplacer pour découvrir l'environnement et se renseigner sur le quartier. Par exemple, des appartements neufs à Bergerac, Sainte-Foy-la-Grande ne répondent pas à la clientèle locale, celle-ci préfèrant louer une maison. Il ne faut pas hésiter à consulter son notaire pour bénéficier de conseils très avisés.

Comment pensez-vous que les prix vont évoluer dans votre secteur ?

Marilyne  Guyot : il faut être prudent après la forte hausse qui date de 15 ans maintenant, et qui a entraîné des difficultés pour les habitants locaux à se loger pour des budgets raisonnables. Mais à partir de 2008, les prix sont descendus en flèche. Ils sont actuellement assez bas et permettent aux acquéreurs de se positionner. Ce qui favorise l'activité immobilière avec une nette hausse des transactions. Aussi, les vendeurs n'ont pas de difficultés pour renégocier leur bien dès lors qu'il se situe au prix du marché, et ils peuvent signer un compromis sur une période de 6 mois environ.

Quels sont les atouts de votre secteur ?

Marilyne  Guyot : si les jeunes retraités sont actuellement attirés par notre région, on peut supposer que les jeunes actifs vont aussi se laisser séduire et s'y installer, dès lors que la ligne SNCF entre Sainte-Foy-la-Grande et Bordeaux sera modernisée. Et pour les investisseurs qui ne visent pas une forte capitalisation par rapport au prix d'acquisition, la rentabilité locative est au rendez-vous !
  •  Imprimer