Par Christophe Raffaillac, le 3 Mai 2018 dans J'ACHETE - Je finance mon projet

Vous avez peut-être renégocié votre crédit immobilier, le moment est venu de faire jouer la concurrence pour faire baisser le coût de votre assurance emprunteur. À la clé, de belles économies sur le coût de votre crédit !
 

Lorsque vous contractez un emprunt immobilier, il convient de souscrire une assurance décès, chômage et invalidité pour prendre le relais en cas d'incapacité à rembourser les mensualités. Elle prend effet en cas de décès subit de l'emprunteur pour assurer le remboursement du reliquat du prêt auprès du banquier. Quant aux garanties chômage et invalidité, elles s'activent en cas de perte d'emploi et d'invalidité permanente et totale (IPT) ou d'une invalidité partielle permanente (IPP). Une assurance qui vient s'ajouter à la mensualité du prêt immobilier. Depuis le début de l'année, le contrat d'assurance peut être résilié à sa date anniversaire, en respectant un préavis de 2 mois, avec de belles économies à la clé.

Des comparaisons facilitées

Si l'assurance emprunteur s'avère obligatoire, le choix de contrat peut s'effectuer en toute liberté. Depuis les lois Lagarde (2008), Hamon (2014) et l'amendement Bourquin de janvier 2018, la délégation d'assurance se démocratise. Cette option donne plus de latitude à l'emprunteur pour choisir son assureur, et ne l'oblige plus à opter pour le contrat groupe proposé par la banque qui accorde le prêt.
Rappelons que pour déterminer la prime d'assurance, qui pèse de 25 à 30 % dans le coût total d'un crédit immobilier, le contrat tient compte de trois critères clés : l'âge de l'emprunteur, son état de santé, actuel et passé, et le montant du crédit emprunté.
Il existe de nombreux sites de comparateur d'assurances qui méritent d'être testés pour se faire une idée des prix proposés par les compagnies d'assurances en fonction de son profil. Un emprunteur de 35 ans parvient à faire des économies substantielles de l'ordre de 15 000 € selon le courtier d'assurances Magnolia.fr.

Des résiliations encadrées

Depuis l'amendement Bourquin de janvier 2018, l'assurance emprunteur peut être résiliée avec un préavis de 2 mois. Ce qui permet de renégocier le contrat à sa date anniversaire avec votre banque, ou d'opter pour une délégation auprès d'un autre assureur.
Rappelons que la loi Hamon autorise à changer de contrat dans les 12 mois suivant sa signature.
Condition dans les 2 cas : il faut que les garanties du nouveau contrat soient équivalentes à celles de l'ancien. Chaque banque détermine un certain nombre de critères (11 sur une liste de 18 critères fixés par décret) définissant les garanties minimales exigées. Ces critères sont obligatoirement communiqués par la banque dans la fiche personnalisée remise lors de la négociation du prêt. La banque a ensuite 10 jours ouvrés pour accepter ou refuser, par une décision motivée.

Des économies importantes

Le taux d'une assurance emprunteur s'élève en moyenne à 0,30 %, sachant que les banques pratiquent des tarifs plus élevés que les contrats en délégation qui peuvent, selon les profils, se limiter à 0,10 % voire moins.
Exemple : pour un emprunt de 150 000 € avec une assurance emprunteur de 0,35 %, une baisse de 5 points se traduit par une économie d'environ 2 000 euros.
Dans ces conditions de concurrence accrue, les établissements bancaires devraient réagir et réviser leurs barèmes afin de retenir les clients désireux de faire des économies.
  •  Imprimer