Par Marie-christine Ménoire, le 31 Août 2018 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Le marché immobilier est encore favorable aux acquéreurs. Mais pour encore combien de temps ? Comment en profiter avant que la tendance ne s'inverse ? Rencontre avec Me Texier, Président de la chambre des notaires d'Ille-et-Vilaine.

En quoi le marché continue-t-il d'être favorable aux acheteurs ?

Me Texier : on ne peut écarter le bon moral des ménages, dopé par la victoire des bleus, qui s'ajoute au contexte économique favorable. Les taux d'intérêt restent historiquement bas, ce qui permet d'emprunter plus d'argent, plus facilement. Et l'immobilier ne souffre pas d'une trop forte inflation. Rennes connaît une évolution des prix mesurée, tandis que le nombre de transactions reste soutenu même s'il n'atteint pas le niveau de 2017. Notons que cela s'accompagne d'une diminution des biens à la vente dans la métropole rennaise très prisée pour ses atouts (LGV, ville étudiante…).

Comment les prix ont-ils évolué depuis le début de l'année ?

Me Texier : les prix des maisons ont progressé entre 1 et 3 % sur un an en Ille-et-Vilaine. On n'enregistre pas de hausse significative pour les appartements. Ce qui n'est pas le cas des terrains qui augmentent. Les lots sont de plus en plus petits, autour de 200 m2, pour un prix inchangé. Des surfaces qui correspondent à la demande des acquéreurs néanmoins.
 

Comment éviter de surpayer ?

Me Texier : s'il s'agit d'un investissement, il faut effectuer une recherche approfondie pour s'assurer de la demande locative et pour faire face à une charge d'emprunt. Encore plus vrai dans le cadre d'un investissement Pinel qui impose une durée de location minimale. Attention de ne pas surpayer le bien dans le neuf compte tenu des prix de vente. Il faut être attentif au choix de l'emplacement, préférer le centre de Rennes ou des quartiers desservis par le métro.
Dans le cas de la résidence principale, nous sommes en présence d'un marché dynamique avec une durée de détention de 7 ans en moyenne, liée aux mutations professionnelles, au contextes familiaux ou familles recomposées. Les personnes vendent pour racheter, en écartant toute logique spéculative, ce qui se traduit par un marché assez fluide. Il faut acheter au prix pour revendre au prix ! Les biens s'affichent à des prix cohérents, à l'inverse de 2008 où la spéculation prévalait dans des transactions. En Ille-et-Vilaine, 70  % des ventes concernent la résidence principale.
 

Quelles précautions faut-il prendre dans le choix d'une maison ? D'un appartement ?

Me Texier :il faut s'assurer que les assurances couvrent toujours une maison de moins de 10 ans (décennale, dommages-ouvrage). Et dans le cas d'une copropriété, il ne faut pas que les travaux constituent une charge trop importante. Bien sûr, l'emplacement et l'environnement doivent rester un critère essentiel.

Pensez-vous que la hausse des prix est derrière nous ?

Me Texier : l'immobilier obéit à des cycles haussiers, stables voire baissiers. Un retournement rapide n'est pas à l'ordre du jour. Pour cela, il faudrait que la fiscalité sur les plus-values de la résidence principale soit votée, mais ce n'est pas prévu. De même si un conflit mondial venait affecter l'activité… Mais soyons confiants en l'avenir et savourons notre titre de champions du monde !
  •  Imprimer