Publié le 11 octobre 2017  par Marie-christine Ménoire dans Actualités

Les Français sont généreux. En 2017, les dons en faveur des associations sont toujours d'actualité. Les avantages sont nombreux : non seulement donner à une association ou à une fondation est bon pour le moral, mais cela permet aussi de bénéficier d'importantes réductions d'impôt !
 

Dons aux associations :
le profil des donateurs

D'une façon globale, tous âges confondus, près d'un Français sur deux donne en moyenne 60 euros, au moins une fois par an. Les donateurs sont des femmes pour 53 % et ce sont les séniors (65 ans et +) qui sont les plus généreux (27 % des donateurs), contre 25 % pour les 50/64 ans, 26 % pour les 35/49 ans et 13 % pour la tranche d'âge allant de 25 à 34 ans.
Le don moyen est de 13,4 euros par prélèvement automatique, 64 euros par chèque ou 103 euros pour les dons en ligne.
Suite à une étude menée sur un échantillon de 1 002 personnes par le centre de lutte contre le cancer Gustave Roussy, les séniors se disent tout à fait prêts à faire un legs en faveur d'un organisme d'utilité publique.
Si seulement 40 % d'entre eux déclarent connaître les démarches à effectuer pour cela, le notaire reste un intermédiaire incontournable et son rôle est très important dans la procédure à suivre, notamment pour rédiger le testament (pour 93 %). La majorité des séniors prêts à faire un legs en faveur d'un organisme d'utilité publique n'ont pas de descendants directs.

Quelle est la différence entre un legs et un don ?

Dans l'un comme dans l'autre, il s'agit de donner et de transmettre. En langage juridique, on parle de "libéralités". Le legs est un don fait par testament. Il ne prendra effet qu'à votre décès. Si vous n'avez ni conjoint, ni descendants, vous pouvez léguer la totalité de vos biens à une fondation ou à une association. Dans le cas contraire, vous devrez "réserver" à votre conjoint et à vos descendants une part minimale de votre patrimoine (c'est la fameuse "réserve héréditaire"). La donation se fait du vivant du donateur (et bienfaiteur). C'est un acte irrévocable. Si elle est effectuée au profit d'organismes répondant à certains critères, elle permet de bénéficier d'une importante réduction d'impôt sur le revenu.

Dons aux associations :
les causes qui reçoivent le plus de dons

Les causes soutenues sont diverses et variées mais les plus plébiscitées sont celles dites de « proximité » :
  • l'aide et la protection de l'enfance est la première cause, jugée comme prioritaire pour  35 % des sondés (39 % en 2016)
  • la lutte contre l'exclusion et la pauvreté est plébiscitée par 29 % des Français
  • le soutien à la recherche médicale par 26 % des Français (30 % en 2016)
  • l'aide aux personnes handicapées arrive juste derrière avec 24%.
L'élément motivant pour faire un don à une association plutôt qu'à une autre c'est :
  • l'efficacité des actions soutenues (50 %)
  • la nature de la cause (47 %)
  • la transparence financière (42 %).
 

L’État soutient votre générosité

Vous êtes généreux, le fisc aussi ! Les dons donnent droit à une réduction d'impôt sur le revenu de 66 % de leur valeur. Autrement dit, un don de 100 euros ne coûte que 34 euros au donateur. Pour les dons aux organismes d'aide aux personnes en difficulté, la réduction d'impôt est de 75 % des dons versés, jusqu'à 531 euros en 2017. Attention ! Le montant total annuel ne devant pas dépasser 20 % de votre revenu imposable. Pour bénéficier de cette réduction d'impôt, vous devez joindre à votre déclaration un reçu fiscal délivré par l'association gratifiée.
 
Source : France générosités et baromètre « les seniors et le legs » par Ifop-Gustave Roussy
 
  •  Imprimer