Immonot, l'immobilier des notaires
J'achète dans le neuf - 6 Novembre 2019

Changement climatique
Quel impact sur les constructions neuves ?


Changement climatique - Quel impact sur les constructions neuves ?

Le changement de climat étant un phénomène inéluctable, le secteur de la construction doit s'adapter et notre façon de vivre également. Quelles sont les solutions pour un meilleur confort au quotidien ?

La problématique du changement climatique

La performance énergétique des logements constitue un enjeu majeur et prioritaire des politiques publiques (42 % des consommations d'énergie). Les défis à relever pour les années à venir concernent à la fois l'amélioration de la qualité de vie des personnes mais aussi la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. Le bâtiment doit également être appréhendé de manière globale compte tenu de l'augmentation des phénomènes extrêmes (tels les inondations, les séismes, les mouvements de terrain…) et des multiples interactions avec les occupants et l'environnement.
L'adaptation au changement climatique passe inévitablement par l'amélioration de la performance énergétique, au travers d'une gestion optimisée des ressources. Cela suppose de :

  • développer de nouvelles techniques de construction ;
  • améliorer la qualité des matériaux de construction ;
  • faire évoluer les techniques de rénovation ;
  • penser l'habitat autrement en faisant "entrer la nature" avec une toiture végétalisée pour optimiser la gestion des ruissellements ou des murs végétaux pour réguler la température.
Il faut aussi encourager le citoyen à créer un lien social pour impulser des actions participatives et innovantes au sein d'un même habitat ou d'un quartier. Cela compte aussi parmi les solutions pour un meilleur avenir.
Il faut que chacun y mette "du sien" - occupants, constructeurs, collectivités - pour s'adapter aux changements climatiques, lutter contre la vulnérabilité des habitations lors des intempéries et améliorer le confort face aux épisodes caniculaires. Autant de défis à relever pour le secteur du bâtiment !
 

Construction de maisons écologiques

La construction de maisons écologiques fait partie des solutions pour s'adapter à l'environnement. Cela ne doit pas dispenser les occupants d'observer un comportement "éco-citoyen". La construction doit prendre en compte 3 critères clés :

  • La performance énergétique. Les habitations respectueuses de l'environnement doivent être conçues pour réaliser des économies de chauffage et d'électricité. Pour une maison neuve, son implantation doit en conséquence être dûment pensée, son isolation doit être performante, elle doit aussi, bien entendu, utiliser des énergies renouvelables.
  • La santé et le bien-être de ses occupants. Une des préoccupations majeures actuelles concerne la qualité de l'air, non seulement à l'extérieur, mais aussi à l'intérieur des maisons. La maison écologique se doit d'être construite avec des matériaux non toxiques, des peintures sans solvant ou avec des diluants à base d'eau ou d'huiles essentielles.
  • Le respect de l'environnement. Lors de la construction de la maison, le choix des matériaux est primordial pour porter le moins possible atteinte à l'environnement. Ils doivent être naturels, peu ou pas transformés et surtout issus de circuits courts, sans nécessiter un long transport trop polluant. Pour l'isolation, il faut opter pour des laines végétales (cellulose, lin, chanvre) ou animales (plume…) qui remplaceront avantageusement les laines de verre et autres laines de roche qui contiennent des liants toxiques. Pour la couverture, on abandonnera définitivement la tuile béton ou le bac acier au profit de la tuile terre cuite ou du bardeau bois. Un toit terrasse végétalisé améliorera grandement le confort d'été et dispensera d'une climatisation. Quant aux huisseries, il faut préférer plutôt le bois ou l'aluminium au PVC, car il dégage des gaz nocifs en cas d'incendie.

Maison passive, à énergie positive ou bioclimatique ?

Différentes "techniques" existent pour construire une maison qui sera adaptée aux changements climatiques.

  • La maison bioclimatique tire parti de l'environnement. Elle repose sur 3 critères essentiels : l'orientation, l'isolation, la ventilation renforcée pour favoriser le renouvellement de l'air et limiter les déperditions énergétiques. Il s'agit de puiser dans son environnement naturel et proche les ressources nécessaires au confort des habitants. Deux objectifs à atteindre : se protéger de la chaleur en été et profiter au mieux du soleil en hiver. En tenant compte de ces différents paramètres, la maison idéale sera plutôt compacte. Cela permet ainsi de limiter les pertes de chaleur. Si la configuration du  terrain le permet, il est judicieux de l'orienter plein sud pour profiter au maximum de l'ensoleillement et de la lumière naturelle en hiver. En été, les pergolas ou les toitures un peu avancées permettront de se protéger naturellement du soleil.
  • La maison passive affiche une consommation qui ne dépasse pas 15 KWh par m2 et par an. Son principe repose sur une bonne isolation thermique, une ventilation de l'air et l'énergie solaire. Elle conserve une température ambiante agréable été comme hiver. L'architecture de ce type de maison s'appuie sur une orientation au sud. Elle tire parti du climat au maximum. Peu développée en France, elle est quasiment autonome sur le plan énergétique.
  • La maison à énergie positive produit plus qu'elle ne consomme. Pour y parvenir, une attention toute particulière doit être portée à l'isolation de la toiture, des sols, murs et fenêtres, à l'absence de ponts thermiques, à la faible consommation des appareils électroménagers... L'énergie produite par la maison est récupérée par le biais d'équipements adaptés pour assurer ses besoins en éclairage et chauffage.


La rédaction vous recommande :