Par Marie-christine Ménoire, le 1 Mars 2018 dans JE RÉNOVE - J'aménage mon logement

Les logements construits dans les années 70 n'étaient soumis à aucune norme de construction ni réglementation thermique. Ces "passoires énergétiques" deviennent vite un gouffre financier pour le portefeuille et le confort laisse parfois (pour ne pas dire souvent) un peu à désirer. Une bonne isolation est la meilleure solution pour remédier à ces inconvénients et retrouver un certain confort physique et financier. Encore faut-il bien choisir la méthode et les matériaux. Voici quelques conseils pour faire de votre logement un vrai cocon.

Traquez les fuites !

C'est prouvé, certaines parties de votre maison laissent s'échapper la chaleur plus facilement que d'autres et sont à surveiller de près. Les spécialistes estiment que les pertes de chaleur sont de :
  • 25 à 30 % pour le toit
  • 20 à 25 % pour les murs
  • 20 à 25 % pour l'air renouvelé
  • 10 à 15 % pour les fenêtres
  • 7 à 10 % pour le sol
  • 5 à 10 % pour les ponts thermiques

Connaissez-vous le sarking ?

Il s'agit d'une méthode d'isolation de la toiture, par l'extérieur. L'idée est de faire une isolation par l'extérieur grâce à un « second toit ». En réalité, on rehausse la toiture en disposant l'isolant sous le toit.
Simple et efficace, le "sarking" s'adapte à toutes les pentes de toitures et peut être utilisé avec tous les matériaux isolants existants. Contrairement à d'autres techniques d'isolation extérieure de toiture, le sarking apporte une isolation continue, limitant les ponts thermiques. La charpente, les poutres... restent apparentes. Ce qui conserve leur aspect esthétique et décoratif. Cette méthode évite également les surépaisseurs entraînées par une isolation intérieure et permet de gagner du volume à l'intérieur de la maison.
La méthode du sarking permet une optimisation de vos combles avec un espace important sous plafond ce qui permettra de les  aménager. Vous ne perdez aucun mètre carré sous prétexte d'isoler votre toiture.

Secrets d'une isolation réussie

Isoler c'est bien, encore faut-il le faire dans les règles de l'art. Le secret d'une isolation réussie repose sur :
  • une isolation performante et certifiée
  • une bonne étanchéité à l'air. La RT 2012 exige que soient mis en œuvre les moyens pour assurer l'étanchéité à l'air et le traitement des ponts thermiques. Le seuil de perméabilité à l'air doit être inférieur à 0,6 m3/(h.m²) pour les maisons individuelles ou 1 m3/(h.m²) pour les logements collectifs
  • une ventilation maîtrisée. La ventilation a pour but d'évacuer l'humidité, la vapeur d'eau et la pollution liée à l'occupation des bâtiments, ce qui garantit l'hygiène des lieux et la santé des occupants. Cette ventilation (VMC), qu'elle soit à simple ou double flux, pour être efficace doit être associée à une isolation performante
  • une forte résistance thermique. Elle dépend de la conductivité thermique du matériau isolant et de son épaisseur.
  • une pose de qualité

Bien choisir son isolant

Choisir le bon isolant est primordial. En plus du prix, d'autres critères devront guider votre choix : ses performances thermiques, ses performances phoniques, sa tenue dans le temps (risque de tassement, résistance à l'humidité et aux UV...), sa perméabilité à la vapeur d'eau, son inflammabilité, sa facilité de pose et l'usage que vous voulez en faire… La liste des isolants est longue. Parmi les plus utilisés :
  • les isolants minéraux : laine de verre, laine de roche, verre cellulaire...
  • les isolants naturels : liège, fibres de bois, chanvre, fibres de lin, laine de mouton, plumes de canard, ouate de cellulose, paille, torchis... 
  • les isolants synthétiques : polystyrène expansé, polystyrène extrudé, polyuréthane...

Cherchez le "R"

La résistance thermique de l'isolant est symbolisée par le "R" figurant sur l'étiquette du produit. La résistance "R" varie en fonction de l'épaisseur et de la nature du matériau. Plus le "R" est élevé, plus l'isolation est efficace.

Intérieure ou extérieure ?

L'isolation doit s'adapter aux contraintes de votre habitation et à vos besoins. Pour vos murs, vous aurez le choix entre :
  • l'isolation par l'intérieur qui améliore les performances thermiques de la maison, sans modifier l'aspect exterieur de la façade. Facile à poser elle présente cependant un petit bémol. Cette technique réduit la surface des pièces isolées... et vous oblige à déménager pendant les travaux
  • l'isolation par l'extérieur est préconisée en cas de rénovation, notamment lorsqu'un ravalement est à faire. Plus lourde à mettre en place et plus coûteuse, cette solution a l'avantage d'offrir une isolation très efficace. Elle permet d'éliminer la plupart des ponts thermiques et donc les pertes de chaleur. Mais il faut apporter un soin particulier aux ouvertures, aux points de jonction avec la charpente et aux parties basses des murs extérieurs. Il n'y a pas de pertes de surface pour les pièces intérieures. Par contre, comme elle modifie l'aspect extérieur de la maison, une déclaration préalable de travaux est nécessaire.

4 bonnes raisons pour isoler sa maison

  1. Plus de confort été comme hiver. Une bonne isolation garantit une stabilité de la température intérieure en protégeant du froid en hiver et du chaud en été. Cela évite la sensation de paroi froide liée à un écart de température entre le mur et l'intérieur en évitant les ponts thermiques. Votre maison sera plus saine car moins humide. À l'inverse, une bonne isolation permettra aussi de limiter l'inconfort lié à un air trop sec
  2. Moins consommer, faire des économies d'énergie et participer à la protection de l'environnement. En réduisant les consommations d'énergie, les émissions de gaz à effet de serre responsables des changements climatiques sont limitées
  3. Avoir moins d'entretien. Une maison bien isolée vieillit mieux et limite les risques de condensation et humidité
  4. Donner une plus-value à votre logement. Grâce à une isolation performante et aux performances énergétiques qui en découleront, votre logement sera valorisé. Si vous souhaitez le vendre, le diagnostic de performance énergétique sera un argument de vente supplémentaire. Le futur acquéreur n'aura pas de travaux de rénovation à entreprendre en plus des économies d'énergie.

Des aides financières

Vos efforts pour réaliser des économies d'énergie par le biais de travaux adaptés seront récompensés par plusieurs aides. Par exemple :
  • le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) qui permet de déduire de l'impôt sur le revenu 30 % du montant des dépenses dans la limite de 150 euros TTC/m2 (isolation par l'extérieur) et de 100 euros TTC/m2 (isolation par l'intérieur)
  • la possibilité de demander un Éco-PTZ si les travaux constituent un "bouquet de travaux" c'est-à-dire la combinaison d'au moins deux catégories de travaux répertoriés dans une liste officielle (isolation de la toiture, isolation d'au moins la moitié de la surface des murs donnant sur l'extérieur) ou s'ils permettent d'atteindre une performance énergétique globale minimale
  • des aides de l'Anah, notamment dans le cadre du programme "Habiter mieux".
  •  Imprimer