Publié le 23 May 2017  par Christophe Raffaillac dans Actualités

Le nouveau gouvernement d'Emmanuel Macron abrite de nombreux ministères, mais fait l'impasse sur celui du logement. S'il n'a pas été possible de lui trouver un toit, les chantiers ne vont pas rester en plan ! Ils seront désormais conduits par Richard Ferrand, ministre de la cohésion des territoires, qui pourra aussi compter sur Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire.

Le logement privé de ministère, une absence qui a inquiété les professionnels de l'immobilier. De nombreuses associations s'en sont émues, rappelant que le logement reste le premier poste de dépenses des Français et leur premier patrimoine. Lors de la passation de pouvoirs, le ministre en charge du logement s'est toutefois voulu rassurant : "Le logement sera au cœur de la cohésion des territoires". Tandis que le médiatique ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, s'assurera que le secteur se montre respectueux de l'environnement.

Un programme en faveur de la construction

C'est Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement En Marche qui a été nommé ministre de la Cohésion des territoires. Il couvrira les domaines du Logement et de la politique de la Ville.
Rappelons que pour cette tâche, le programme immobilier d'Emmanuel Macron apparaît des plus volontaristes en matière de construction, puisqu'il vise à :
  • augmenter l'offre de logement dans les zones tendues,
  • aider les jeunes à mieux se loger en proposant aux étudiants et jeunes actifs 80 000 nouveaux logements,
  • introduire plus de transparence dans l'attribution des logements sociaux et définir des critères de mise à disposition,
  • sans oublier d'exonérer de taxe d'habitation 80 % des ménages français.

Des logements respecteux de l'environnement

Longtemps courtisé par les politiques, Nicolas Hulot décide de rejoindre le gouvrnement Macron pour la mise "en marche" des actions environnementales. Il prend la tête d'un "super-ministère" de la Transition écologique et solidaire qui reprend les contours du ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer.
Si son domaine d'intervention ne concerne pas directement la question du logement, il participera à la mise en oeuvre d'un vaste chantier de rénovation énergétique consistant à :
  • amplifier le programme de rénovation urbaine en le portant à 10 milliards d'euros,
  • rénover un million de logements mal isolés d'ici à 2022, et en priorité ceux des propriétaires les plus modestes,
  • interdire la location de "passoires énergétiques" à partir de 2025, sachant que 50 % de ces logements énergivores devront être rénovés à la fin du quinquennat.

Un ISF à base d'immobilier…

L'impôt sur la fortune (ISF) change de formule et limite son assiette aux biens immobiliers. Les actifs mobiliers - avoirs déposés sur les comptes bancaires, actions, obligatoires - ne seront plus pris en compte dans le calcul de cet impôt. Il devrait devenir l'impôt sur la fortune immobilière pour la circonstance. Et sa collecte sera orchestrée par Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics.
  •  Imprimer