Publié le 10 août 2017  par Valérie Ayala dans Actualités

Votre facture d'électricité va subir une petite hausse. Les tarifs réglementés de l'électricité ont augmenté (en moyenne) de 1,7 % depuis le 1er août 2017…

C'est un peu comme ça chaque année au mois d'août. Conformément à la proposition de la CRE (traduisez la « Commission de régulation de l'énergie »), le ministère de la Transition écologique et solidaire a augmenté les tarifs réglementés de l'électricité, appliqués par EDF, au 1er août 2017. La hausse est de 1,7 % pour les tarifs bleus résidentiels et professionnels (et de 0,6 % pour les tarifs jaunes s'appliquant en Corse).
Selon certains experts, cette augmentation pourrait bien être suivie de nombreuses autres ! Déjà, en 2012, une commission du Sénat avait tiré la sonnette d'alarme. Dans une enquête sur le coût réel de l'électricité (18 juillet 2012), elle a pronostiqué une hausse de la facture d'électricité des Français de 50 % d'ici 3 ans et de 100 % d'ici 6 ans !

LE SAVIEZ-VOUS ?

L'électricité coûte moins cher sur la zone euro. Sur les 35 pays européens, la France se situe au 13e rang dans l'ordre croissant des tarifs.

38 % des Français se chauffent à l'électricité

Actuellement, 38 % des Français ont recours à l'électricité pour se chauffer. Cette énergie demeure toutefois l'une des plus taxées pour les ménages.
Par ailleurs, selon l'Association Equilibre des Energies (EdEn), une maison équipée en chauffage électrique se vendrait moins bien que si elle était équipée au gaz (et ce, même si elle est mieux isolée et consomme moins). Principal fautif de cette décote des maisons chauffées à l'électricité : le mode de calcul du Diagnostic de performance énergétique (DPE) qui « pour deux biens identiques, déclasse mécaniquement d'une catégorie un logement chauffé à l'électricité par rapport à celui chauffé au gaz ». En revanche, investir dans une maison équipée de panneaux solaires photovoltaïques continue d'être une très bonne idée. Cela permet à la fois aux ménages de maîtriser leur consommation (gâce à l'autoconsommation) et, petite cerise sur le gâteau, de doper le prix de revente du bien !
  •  Imprimer