Immonot, l'immobilier des notaires
Je préserve l'environnement - 18 Février 2022

Les énergies renouvelables pour un chauffage éco et écolo


Les énergies renouvelables pour un chauffage éco et écolo

Il ne vous a pas échappé que vos factures de gaz et d'électricité ont flambé ces derniers mois. Mais comment consommer le moins d'énergie possible tout en conservant un confort de vie maximal ? La solution est peut-être dans les énergies renouvelables.

50 % d'augmentation pour le gaz en 2021. Pour l'électricité + 1,23 % en 2019, + 2,4 et 1,54 % en 2020, + 1,26 et + 0,48 % en 2021. Et ce n'est pas fini : + 4 % à l'horizon de février 2022 ! En octobre 2021, chaque ménage a dépensé en moyenne 36 € de plus qu'en novembre 2019 pour ses dépenses mensuelles d'énergie. Selon l'ADEME, le chauffage représente plus de 66 % de la consommation énergétique d'un foyer. Impressionnant non ! C'est peut-être le moment de changer pour les énergies renouvelables.

Une réponse à l'urgence climatique

Le développement des énergies renouvelables bénéficie d'un soutien de l'État tant dans le domaine de la recherche et du développement que du déploiement des installations sur tout le territoire. Cela répond notamment aux exigences de la  loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) qui fixe des objectifs ambitieux en matière de développement des énergies renouvelables :

  • augmenter la part des énergies renouvelables à 32 % en 2030 ;
  • atteindre 40 % de la production d'électricité d'origine renouvelable en 2030 ;
  • atteindre 38 % de la consommation finale de chaleur d'origine renouvelable en 2030 ;
  • atteindre 15 % de la consommation finale de carburant d'origine renouvelable en 2030 ;
  • atteindre 10 % de la consommation de gaz d'origine renouvelable en 2030.
Cela suppose la généralisation des bâtiments neufs à énergie positive répondant aux exigences de la RE 2020 et la rénovation énergétique du parc de logements anciens et le recours aux énergies renouvelables, de plus en plus facilité grâce à des incitations financières (Eco-PTZ, MaprimRénov', les certificats d'économies d'énergie…).

Faites feu de tout bois

Le bois est la première source d'énergie renouvelable utilisée en France. Et cet engouement n'est pas près de s'éteindre. Poêles et chaudières à bois utilisent un combustible bon marché avec de faibles émissions de gaz à effet de serre. On compte aujourd'hui 1,2 million de ménages qui se chauffent au granulé de bois. Les ventes de chaudières ont finalement augmenté de 2, 5 %. Si les ventes de ce type d'équipement dépassent celles de la bûche (hors inserts), c'est parce que ce combustible offre un net avantage en termes de confort, de facilité d'utilisation, de fiabilité et de performance. Le granulé de bois apparaît comme le combustible idéal pour une combustion optimisée avec un haut pouvoir calorifique (en moyenne 4800 KWh/t). Fabriqué à partir de résidus de bois et de sciure, affinés, séchés et recompactés sans ajout de colle ou d'additif, ce combustible est 100 % naturel, d'origine locale et ne nécessite pas d'abattage d'arbres. Le pellet est aussi plus compétitif en termes de prix que les autres énergies de chauffage. Chaudières et poêles à granulés sont programmables et automatisables. L'alimentation en combustible, le temps de chauffage et la température de combustion sont réglables. Ces éléments contribuent à garantir un rendement optimal tout en réalisant des économies d'énergie et de budget.

La norme Écodesign 2022

La norme européenne Écodesign impose aux fabricants de produire des systèmes de chauffages à bois plus performants tout en réduisant l'impact environnemental. La norme interdit les foyers ouverts dès 2022 pour garantir la sécurité des utilisateurs. De plus, une étiquette énergétique doit être présente sur chaque modèle de poêle pour permettre au consommateur de comparer facilement leurs performances. Comme sur les appareils électroménagers, on va retrouver une note calculée sur la base de 5 critères : la puissance thermique, le rendement énergétique, les seuils d'émission de polluants en fonctionnement réel, la nature du combustible ou d'énergie utilisé, les distances de sécurité à observer par rapport aux matériaux combustibles.

  •  

Air, eau, terre
puisez votre énergie dans la nature

La nature regorge de sources de chaleur. En installant une pompe à chaleur (PAC), récupérez les calories présentes dans l'air, le sol ou un point d'eau à proximité de votre habitation et réinjectez-les dans votre habitation sous forme de chaleur. En créant plus d'énergie qu'elle n'en consomme, cette installation vous permet de faire jusqu'à 60 % d'économies sur votre facture de chauffage ! Il existe plusieurs types de PAC. La pompe à chaleur aérothermique (chaleur puisée dans l'air) peut être installée à l'intérieur ou à l'extérieur et nécessite peu de place. Simple à installer, elle peut être couplée à une chaudière ou un chauffage d'appoint pour réduire la consommation totale sans minimiser le confort. Dans les régions froides et de manière générale dès que les températures sont négatives, cette pompe à chaleur doit être secondée par un autre système de chauffage.
La pompe à chaleur air-eau chauffe l'eau d'une chaudière, d'un ballon d'eau chaude sanitaire… Elle est généralement compatible avec les éléments du chauffage central (radiateur, plancher chauffant) et peut refroidir l'air d'une pièce.

Les pompes à chaleur géothermiques sont compatibles avec les planchers chauffants et radiateurs basse température. Elle est suffisamment autonome pour fonctionner seule, sans système secondaire, et peut garantir la production d'eau chaude sanitaire ou le refroidissement de l'air ambiant.

À savoir La PAC géothermique implique l'installation de capteurs enterrés. Ils peuvent être elliptiques, verticaux ou horizontaux. L'installation de capteurs horizontaux doit faire l'objet d'une autorisation municipale et être conforme aux arrêtés préfectoraux. L'installation de capteurs verticaux, considérés comme des forages, doit être déclarée auprès de la Direction régionale de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement (DRIRE) régionale et faire l'objet d'une déclaration avant le début des travaux. 

Captez l'éclat du soleil

Le principe du chauffage solaire consiste à transformer les calories émises pour alimenter des systèmes de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire. L'électricité produite peut être utilisée pour les besoins de la maison. On parle alors d'autoconsommation. La revente de l'électricité en surplus peut constituer une source de revenus intéressante. Votre facture d'énergie se réduira proportionnellement à la nature de l'installation mise en place.
Les panneaux solaires thermiques stockent la chaleur du soleil et la diffusent ensuite par le biais d'un liquide dit caloporteur. L'énergie créée peut être redistribuée pour chauffer l'habitation ou obtenir de l'eau chaude. L'installation de panneaux solaires thermiques permet de réaliser des économies conséquentes.  Cette installation peut couvrir, en fonction du climat, jusqu'à 50 % des besoins en chauffage et jusqu'à 80 % en eau chaude.
L'autre option est la pose de panneaux photovoltaïques sur le toit de votre maison, d'un garage… ou à même le sol (dans un jardin par exemple). Ampoules, frigo, lave-vaisselle… sont alimentés par votre installation photovoltaïque. Vous achetez ainsi moins d'électricité à votre fournisseur d'énergie et réduisez vos factures électriques de 25 à 50 %. Lorsque vos panneaux photovoltaïques ne produisent pas ou peu d'électricité en raison du faible ensoleillement, l'électricité du réseau comble ce déficit. À l'inverse, il peut arriver qu'à certains moments vous produisiez plus d'électricité que vous n'en consommiez. Vous pouvez alors vendre ce surplus.
À savoir : la surface sur laquelle le panneau va être posé doit être un maximum de temps au soleil pendant la journée et les panneaux doivent respecter une inclinaison entre 30° et 35°.

Que pensez-vous de cet article ?


La rédaction vous recommande :

Lire la suite