Publié le 06 décembre 2017  par Stéphanie Swiklinski dans Actualités

À l'approche de Noël, on fait ses comptes pour remplir la hotte du Père Noël. Certains vont casser leur tirelire, d'autres vont utiliser leur prime de fin d'année ou 13e mois pour boucler le budget cadeaux. La course à la consommation est lancée. Dans cette frénésie de Noël, même si on a été sage toute l'année, on pourrait être tenté de "faire des bêtises" en souscrivant un prêt à la consommation, sans trop se poser de questions.

Avant de se lancer
2 questions à se poser

  • De combien avez-vous besoin pour faire vos achats de Noël ?
  • Quelle est votre capacité de remboursement ?

Les propositions que l'on peut vous faire…

Le paiement 3 fois sans frais de vos boutiques préférées. Certains magasins, au moment de passer à la caisse, peuvent vous proposer un paiement étalé en 3 fois sans frais. Mais est-ce réellement sans frais ? En réalité, le paiement en 3 fois sans frais est subordonné à la souscription d'une carte de crédit. Et là, c'est le piège ! Il s'agit d'un crédit renouvelable… ce n'est pas vraiment un cadeau que l'on vous fait.
Quand on souscrit un crédit renouvelable, on connaît uniquement le montant accordé et le taux d'intérêt qui sera appliqué. Mais en aucun cas la durée. C'est une réserve d'argent qui se reconstitue au fur et à mesure de vos remboursements. Vous pouvez garder votre crédit renouvelable toute une vie !

Le découvert autorisé de votre banquier. Vous pouvez, effectivement, vous rapprocher de votre banquier et demander une augmentation de votre découvert autorisé. Le problème : les aggios qui vont avec !

Le prêt proposé par votre banque avec 2 options :
  • le crédit renouvelable ou plutôt le prêt sans fin, à un taux d'intérêt qui peut aller jusqu'à 17 % !!! Ce n'est pas le moment de se laisser embobiner, même avec un joli papier cadeau : c'est un cadeau empoisonné !
  • ou le crédit amortissable, plus raisonnable, avec un taux fixe et une date de fin. Dans ce cas, vous remboursez des mensualités connues à l'avance pour un montant et une durée définis à la souscription de votre prêt. Votre capital restant dû diminue au fur et à mesure de vos remboursements et disparaîtra au moment de votre dernière échéance de prêt. Et là, je dis pourquoi pas ?
  •  Imprimer