Publié le 25 March 2015  par Christophe Raffaillac dans Actualités

Afin de limiter leur consommation d'énergie, le projet de loi sur la biodiversité oblige les nouveaux bâtiments commerciaux à avoir leur toiture partiellement végétalisée. 

Dans le cadre du projet de loi relatif à la biodiversité, les nouveaux bâtiments commerciaux devront être partiellement végétalisés ou, à défaut, prévoir des équipements de production d'énergies renouvelables, tels que des panneaux photovoltaïques, éoliennes…

Au-delà du simple aspect esthétique, l'intégration de "verdure" sur les toits entraîne une vraie isolation permettant de réaliser de réelles économies d'énergie. C’est aussi très utile pour la bonne gestion des eaux, car les toitures végétalisées permettent d’augmenter la capacité d’absorption des eaux de pluie et limite le ruissellement et les quantités d’eau à gérer par les bassins de rétention.

Une démarche écologique qui permet de réintroduire la faune et la flore en ville !

À titre d'exemple : le centre commercial Beaugrenelle, dans le 15e arrondissement de Paris, s'est doté d'un toit végétalisé de 7 000 m2 (la taille d'un terrain de foot) en 2013...  Il accueille non seulement des jardins partagés, des refuges pour oiseaux et même des ruches pour abeilles ! Il a été conçu en concertation avec la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) pour concevoir un espace accueillant pour la biodiversité. Le résultat est plus que concluant : précisons que le toit abrite désormais 6 ruches soit près de 400 000 abeilles.

Toujours dans le même ordre d'idée, la loi sur la biodiversité souhaite que soient multipliés les parkings non imperméabilisés qui faciliteraient notamment :

  • l’infiltration
  • la filtration
  • et l’oxygénation des sols.

MCM

  •  Imprimer