Publié le 05 January 2015  par Christophe Raffaillac dans Actualités

Quel bilan dresser des prix de l'immobilier en 2014 ? L'indicateur Immonot* confirme une baisse sensible pour l'année écoulée (- 3,2 % pour les maisons). Mais au 4e trimestre, on observe un ralentissement de ce mouvement baissier, qui pourrait changer la donne en 2015 ! Découvrez les chiffres clés.

2014 se solde par un marché immobilier en léger repli au niveau des prix. Un bilan annuel qui vient confirmer les évolutions qui se sont dessinées au fil des trimestres. Mais cette fin d'année laisse entrevoir de nouvelles perspectives pour 2015. Au 4e trimestre, le recul du prix marque le pas, probablement en raison des faibles taux de crédit, qui redonnent du pouvoir d'achat immobilier et contribuent à recréer un climat de confiance. Quant au nombre de transactions, il devrait enregistrer une légère progression par rapport à 2013, en avoisinant les 720 000 ventes annuelles. D’autant qu’à Paris, le mois de novembre marque un coup d'arrêt à la baisse des prix (selon le baromètre MeilleurAgents.com). Des changements majeurs qui pourraient déboucher sur un marché plus actif en 2015 !

Marché des maisons :
=> une timide baisse de 3,2 %
Avec 3,2 % de baisse en 2014, l'Indicateur immonot révèle que les maisons résistent plutôt bien. Ce qui situe le prix médian à 150 000 € au plan national. Mais les écarts d'une région à l'autre sont importants, car les marchés présentent des spécificités bien marquées au sein du territoire.

  • Aquitaine : en s'affichant à 184 500 €, avec une hausse annuelle de 1,7 %, la région Aquitaine confirme sa belle santé au plan immobilier. Bordeaux et la côte littorale contribuent largement à entretenir la dynamique.
  • Bretagne : une région qui est le reflet des évolutions observées au plan national, puisque le prix médian se situe à 156 000 € (contre 150 000 pour la France), dans un contexte légèrement baissier (- 1,9 % sur l'année).
  • Bourgogne : les prix se montrent plus accessibles, car ils se situent autour de 123 700 €. Mais leur baisse sensible (- 7,7 %) constitue une vraie opportunité pour les acquéreurs. À surveiller en 2015.
  • Centre : à 135 000 €, le secteur réclame un budget médian légèrement inférieur à la valeur nationale. Là aussi, 2014 se traduit par un recul des prix de plus de 9 %, qui risque de ne pas perdurer dans les mois qui viennent…
  • Nord - Pas-de-Calais : la région témoigne d'une belle attractivité, les prix baissent légèrement (- 4,5 %), mais la valeur médiane se situe à 150 000 €. Ce qui en fait une valeur sûre !
  • Champagne-Ardenne : un faible repli au niveau des prix (- 3,3 %), qui témoigne d'une bonne tenue du marché immobilier. Il faut compter un budget médian de 145 000 € pour trouver une maison.

Marché des appartements :
=> un recul de 7,9 % à nuancer !
Le marché des appartements semble plus affecté par le ralentissement de l'activité immobilière que celui des maisons. La baisse atteint 7,9 % au plan national pour un prix médian de 1 820 €/m2. Elle est essentiellement due au repli des villes de province, tandis que les grandes agglomérations tirent bien leur épingle du jeu dans le contexte actuel.

  • Bordeaux : le cours du marché bordelais ne faiblit pas en 2014 (prix stables) et il approche les 3 000 €/m2 en ce début d'année. Rien d'étonnant, puisque la métropole aquitaine se positionne comme la destination préférée des actifs pour s'installer.
  • Dijon : cette fin d'année nous révèle que l'immobilier se maintient plutôt bien, même si le dernier trimestre consent une baisse de 2,35 %. Les prix atteignent 1 925 €/m2 et représentent un prix d’appel intéressant.
  • Lille : les appartements ont la cote, à 2 950 €/m2, les prix y restent soutenus, avec une progression de 0,25 % au dernier trimestre.
  • Montpellier : le marché des appartements reflète l'attractivité de la ville, les tarifs approchent les 2 600 € du m2. Et le dernier trimestre confirme la bonne santé avec 5,4 % de hausse.
  • Reims : place à la stabilité en 2014, avec des prix qui se montrent plutôt abordables. Ils s'élèvent à 2 170 €/m2 et constituent de belles opportunités pour les acquéreurs et investisseurs (+ 0,6 % au 4e trimestre).
  • Rennes : à l'instar des grandes métropoles de l'ouest, la ville surfe sur la bonne vague. Les prix se situent à 2 290 €/m2 et ils résistent plutôt bien (+ 1,5 % au 4e trimestre). Ce qui inscrit les perspectives d'une reprise en 2015 ! À suivre…

*L’Indicateur immonot donne le prix médian des biens les plus répandus proposés à la vente sur le site immonot.com :
- maisons de 5 pièces (110 m2 env.)
- appartements 3 pièces (65 m2 env.)
Les données proviennent des annonces confiées aux notaires lors des 3 mois précédents.

Source : Indicateur immonot - décembre 2014

CR

  •  Imprimer