Par Marie Christine Ménoire, le 5 Octobre 2012 dans JE VENDS - Je réinvestis

Envie de réaliser un investissement sûr sans trop débourser ? Achetez une ou plusieurs places de parking : c'est idéal pour les petits budgets et ça peut rapporter gros...

Un marché qui se porte bien

Une offre réduite, une demande locative forte, des prix accessibles...

Investir dans un parking est à plus d'un titre un bon plan. Surtout dans les grandes agglomérations et notamment à Paris ! La tendance actuelle est à la suppression du stationnement dit "de surface", c'est-à-dire sur la voie publique. Avec les voies piétonnes et les couloirs de bus qui explosent, les villes sont de plus en plus engorgées. Elles ne proposent pas assez d'espace de stationnement. Et même si les programmes neufs proposent des parkings, cela ne suffit pas, surtout dans les secteurs plus anciens.

Les candidats à la location d'un parking sont donc nombreux et prêts à payer le prix fort pour pouvoir se garer en toute sérénité.

C'est ultra simple

Devenir propriétaire d'un parking n'est pas contraignant.

Il n'y a pas d'entretien et l'expulsion d'un locataire ennuyeux est bien plus facile que dans l'immobilier d'habitation.

Un rendement de 5 à 10 %

Selon le quartier, les prix d'acquisition peuvent varier du simple au double. Ils se négocient entre 10 000 et 30 000 euros en moyenne.

Avec des loyers oscillant entre 50 et 300 euros en général, la rentabilité peut aller de 5 à 10 %. La performance est bien supérieure à celle d'un logement locatif, même s'il existe en ce moment des dispositifs fiscaux avantageux. Et si vous attendez entre 3 et 5 ans, votre parking sera rentabilisé, vous aurez remboursé l'ensemble des sommes engagées pour cet investissement.

Conseil :Si vous êtes propriétaire d'un bien qui ne possède pas de parking, dépêchez-vous d'investir ! Un parking facilitera la location de votre logement comme la vente. Et surtout vous réaliserez une plus-value.

Un emplacement de choix

Difficile de dire s'il faut investir à Paris, Lyon ou Bordeaux. Chaque parking a ses caractéristiques.
Le centre des villes peut constituer un lieu de choix. Et puis vous pourrez louer la place à deux utilisateurs. Par exemple : le premier en journée, et un autre (résident) en soirée, la nuit et les week-ends. Misez sur les quartiers où les parkings publics sont difficilement réalisables. Dans ces zones, le prix d'une location peut toucher voire dépasser le haut de la fourchette. Évitez les gares et les secteurs de logements neufs.

Choisissez une place de parking au premier sous-sol, plutôt que dans les niveaux inférieurs. Vérifiez la hauteur et la largeur. Par ailleurs, privilégiez les places les plus proches des issues et des sorties du parking.

Autre élément décisif : la sécurité. Le parking doit être bien éclairé, entretenu et son accès contrôlé. Optez pour une acquisition en pleine propriété et non en concession.

Si vous disposez du budget, investissez même dans plusieurs places de parking. Ainsi, vous pourrez récolter plusieurs plus-values à la fin du mois et les frais de notaire seront moindres.

Côté parking, vous avez le choix : parking souterrain ou extérieur, box fermé...

A savoir :  le box est plus prisé que la place de parking libre car les gens s'y sentent plus en sécurité. Cependant, ils sont plus onéreux à l'achat que les parkings (comptez 20 à 30 % de plus) et l'offre est moins importante. Enfin, soyez vigilant à la manière dont le quartier évolue. Ainsi, il faut savoir vendre en cas de changement important du quartier (constructions neuves, projet de tramway...) afin de se recentrer dans les zones ou les petites voitures ne peuvent plus se faufiler.

Des avantages indéniables

  • Le parking est un achat tangible, son prix ne va pas s'effondrer du jour au lendemain. 
  • Les baux de parking, contrairement à ceux des appartements, sont très souples.
  • Les impayés sont rares. Le cas échéant, le parking échappe à la loi de 1989 et le propriétaire peut récupérer son bien.
  • Il est facile de trouver un locataire, vu le montant des loyers.
  • Les charges liées à la copropriété et au gardiennage sont faibles.
  • La revente est facile.
  • La dégradation est quasi impossible.
Fiscalité : Vos loyers perçus pour une place de parking sont soumis à l'impôt sur le revenu. Si vos revenus sont inférieurs à 15000 euros, vous pouvez choisir entre le régime réel et le régime du micro-foncier. Ce dernier vous donne droit à un abattement forfaitaire de 30 %. Le régime réel ou classique, lui, vous permet de déduire du montant des loyers toutes les charges liées au logement et assumées au cours de l'année civile écoulée. À vous de choisir ! En revanche, si vos revenus excèdent 15 000 euros, le régime réel s'applique automatiquement. Par ailleurs, vous serez soumis à la taxe d'habitation si la place est dépendante de votre logement. Ce n'est pas le cas si elle est à plus d'un kilomètre de votre domicile. Le montant varie en fonction de la commune.
Renseignez-vous sur la valeur de cette taxe dans la commune que vous visez.

Conseil : Rédigez un bail pour sécuriser la location.

Cet écrit n'est pas obligatoire mais très utile car il limite la prise de risques. Vous avez la possibilité de donner congé au locataire à chaque échéance, sans aucun motif. Il est conseillé d'y préciser toutes les règles que vous avez convenues avec le locataire, le prix de la location et les modalités de révisions éventuelles du montant. Ce qui permet d'éviter bon nombre d'incidents. Pensez également à demander une caution.

Partager son parking : une affaire qui roule !

On connaissait la colocation, le co-voiturage... Voici désormais le partage de parking ou shared parking, en anglais. Plusieurs sites, en général gratuits, proposent ce nouveau type de service (sharedparking.fr, monsieurparking.com et d'autres...). Ils vous proposent des places en colocation ou inversement de partager votre parking avec un inconnu, avec lequel ils vous mettent en relation.

C'est simple, économique et écologique.

  • Économique car le loyer est divisé entre plusieurs utilisateurs.
  • Écologique car plutôt que de tourner pendant des heures, l'automobiliste va directement se garer à sa nouvelle place de parking. Ainsi, en écourtant son temps de circulation en ville, la production de CO2 et la pollution atmosphérique sont moindres. Nul doute que ce type de service déjà connu à l'échelle internationale et en France, notamment à Paris et à Lille, ne devrait pas tarder à se développer en province...
  •  Imprimer