Par Bernard Thion, le 30 Mai 2016 dans Tendance du marché immobilier

Le renversement de tendance du marché immobilier, observé depuis l'automne dernier, se confirme. Les prévisions à court terme s'orientent vers la stabilité des prix du foncier, ceux des commerces s'équilibrant entre baisse et stabilité.

Tendance concernant l'activité

Les bonnes nouvelles semblent se généraliser sur le front de l'activité. Avec le printemps, le nombre des négociateurs ayant constaté un recul de leur activité poursuit sa décrue : il passe de 22,8 % à 19,3 %. À Lorient, Me Loïc Brisset note même une "activité soutenue pour les petits budgets". Pourtant, globalement, les prix demeurent très élevés. Cette embellie concerne donc surtout les petites surfaces. Suivant Me Hervé Paillet, "l'amélioration pourrait être plus sensible si l'accès au crédit était facilité".

Une hirondelle fait le printemps  immobilier

Tendance concernant les prix

Le prix des terrains et celui des logements évoluent de la même façon. Le nombre de pessimistes baisse : ils sont 26 % dans le premier cas et 21 % dans le second cas. Les taux d'intérêt se maintenant toujours à un niveau très faible, une large majorité prévoit une stabilité des prix pour les mois qui viennent. Les hausses de prix ne sont prévues que dans 9 % des cas pour les logements et 6 % pour les terrains. En revanche, cette amélioration ne concerne pas encore les commerces…

Une hirondelle fait le printemps  immobilier

Ces bonnes nouvelles (au niveau des volumes et des prix) incitent les notaires à revoir très sensiblement leur position sur l'évolution du marché immobilier à plus long terme.
Pour les logements, la moitié d'entre eux estime que la baisse des prix n'est plus d'actualité. Avec des conditions de crédit particulièrement favorables, se porter acquéreur d'un autre bien avant de revendre le sien devient une attitude peu risquée, voire bénéfique lors des hausses de prix attendues.
Pour les terrains, 54 % de nos correspondants conseillent d'acheter avant de vendre.

Une hirondelle fait le printemps  immobilier

Évolution de l'environnement économique

Si l'on se contente des derniers chiffres publiés par l'Insee, les perspectives économiques sont plutôt souriantes. La consommation des ménages poursuit sa progression (+ 1,7 % contre - 0,5 % au trimestre précédent), le taux de chômage demeure stable, le climat des affaires dans l'industrie se redresse et la construction repart. Cependant, deux facteurs viennent ternir ces bonnes dispositions : d'une part, la multiplication des mouvements sociaux et, d'autre part, la sortie possible du Royaume-Uni de l'Union européenne à la suite du référendum du 23 juin prochain.

Bernard Thion

NDLR : cette enquête a été réalisée courant avril auprès d'un panel de notaires négociateurs répartis sur toute la France. Elle a été rédigée le 20 mai.

  •  Imprimer