Par Bernard Thion, le 31 Mars 2016 dans Tendance du marché immobilier

Le niveau d'activité dans les services de négociation est toujours en progression depuis janvier et la tendance demeure favorable pour les prochains mois. Au niveau des prix, même si le marché demeure baissier pour plus d'un quart des négociateurs, on s'oriente vers une stabilisation des prix. Explications avec cette nouvelle tendance du marché immobilier (février).

Tendance concernant l'activité

L'activité dans les services de négociation avait connu une légère baisse de régime cet automne. Depuis, elle n'a de cesse de s'améliorer et retrouve le même niveau qu'au printemps 2015. Si l'on en croit les journaux spécialisés, le marché devient plus fluide. Cette opinion favorable est toutefois loin de faire l'unanimité. D'un côté, Mes Quidet, Le Bourdonnec et Carimalo observent, à Châteaudun, que "le regain d'activité constaté en février s'essouffle" et, de l'autre, G. Borck, négociateur à Tinqueux près de Reims, note "plus de contacts et donc plus de visites et de ventes".

En règle générale, l'optimisme domine largement pour les mois à venir, certains négociateurs, comme B. Aubert à Remiremont, espérant que le printemps donnera "un coup de soleil sur la morosité des derniers mois".

Regain d optimisme

Tendance concernant les prix

Les anticipations des notaires et des négociateurs concernant l'évolution des prix des logements pour les prochains mois s'améliorent sensiblement. Ainsi, 27 % (contre 33 % en décembre) considèrent que la baisse va encore se poursuivre, 69 % que les prix ne vont pas bouger et 4 % qu'ils vont repartir à la hausse.

Ce sentiment est d'ailleurs partagé par nombre de spécialistes de l'immobilier qui prévoient, globalement, une faible baisse des prix des logements pour les mois, voire les années à venir. En revanche, pour les terrains et les commerces, on note une légère correction des prévisions très optimistes faites précédemment.

Regain d optimisme

Le conseil des notaires

La prudence domine toujours sur l'évolution des prix à long terme.

Pour les logements, près des trois quarts des notaires conseillent de vendre avant de racheter. Cela dénote un certain pessimisme quant à la tendance probable des cours de l'immobilier.

Pour les terrains, cette opinion est un peu plus discutée. Si 68 % préconisent la vente, 30 % conseillent d'abord l'achat, espérant que la demande en logements neufs fera évoluer les prix des terrains à la hausse.

Regain d optimisme

Évolution de l'environnement économique

Le Gouvernement table sur une hausse de 1,5 % du produit intérieur brut. Il semble que cet objectif soit aisément atteignable en 2016. Les dernières prévisions de l'INSEE, publiées le 17 mars dernier, prévoient parallèlement un recul du chômage en milieu d'année, grâce au rebond de la consommation et la reprise industrielle. Néanmoins, alors que le pouvoir d'achat des Français est dopé par la baisse du prix du pétrole et la bonne tenue des salaires, l'Institut prévoit toujours le recul de l'investissement en logement des ménages…

Bernard Thion

NDLR : cette tendance du marché immobilier a été rédigée le 23 mars 2016. L'enquête a été réalisée en février auprès d'un panel de notaires et négociateurs répartis sur toute la France.

  •  Imprimer