Par Christophe Raffaillac, le 5 Décembre 2012 dans JE RÉNOVE - J'aménage mon logement

Les nouveaux isolants se mettent en 4 pour vous protéger du chaud comme du froid ! Ils habillent votre maison en toute saison et sauront vous faire profiter de soldes au moment de régler vos impôts. Mais pour quel procédé craquer en ce moment ?

Une parure pour les murs !

Rien de tel qu'une bonne isolation des murs  pour réduire la consommation d'énergie de sa maison. En effet, des parois mal protégées représentent 16 % des déperditions thermiques d'un logement (source Ademe). Dans ces conditions, il est préférable de donner la priorité à l'acquisition d'une isolation efficace plutôt qu'au remplacement d'équipements visiblement vétustes, tels qu'une chaudière, des radiateurs ou des fenêtres.

=> J'opte pour le bon procédé
L'isolation repose sur différentes solutions, qui sont souvent liées aux choix techniques retenus pour la réalisation des parois intérieures.
Dans tous les cas, un isolant devra présenter une tenue mécanique indispensable pour prévenir son tassement dans le temps. La pose s'effectue au moyen :
  • d'une ossature métallique qui autorise la mise en place d'un système d'isolation thermique, à la fois sec et propre, des murs périphériques ;
  • la pose des panneaux isolants ;
  • l'ajout d'une membrane pour lutter contre les infiltrations et fuites d'air parasites afin de mieux répondre aux exigences de la Règlementation thermique 2012 (RT 2012).
=> Je choisis un matériau
Différents produits sont compatibles avec une bonne isolation des murs. Le choix des matériaux est vaste, on trouve notamment : la laine de verre, la laine de roche, la laine de chanvre, le polystyrène PSE, la plume de canard, le polyuréthane, la laine de bois, la laine de lin, la laine de coton ou encore les textiles recyclés.

=> Pour quelle résistance thermique ?
La performance se mesure par la résistance thermique (R) qui dépend de la conductivité du produit et de l'épaisseur choisie. Pour la RT 2005, le niveau d'exigence pour l'isolation des murs se situe à R > = 2,8 m2 K/W. Avec la RT 2012, il faut obtenir un coefficient R = 4 m2 K/W.

Une toiture qui assure

30 %, c'est la part d'énergie thermique que laisse échapper une toiture non isolée ! L'habillage des combles est une priorité pour améliorer le confort du logement, été comme hiver, et réduire de façon substantielle son coût de fonctionnement.

=> J'opte pour le bon procédé
La hauteur et la régularité des chevrons permettent de savoir s'il est possible d'isoler entre ces pièces de bois. Si l'espace entre chevrons est inférieur à 80 mm ou irrégulier, il sera difficile de rapporter un isolant, car il est impératif de ménager une lame d'air ventilée de 2 cm minimum en sous face des liteaux portant la couverture (lame d'air continue de l'égout au faîtage). En effet, il est intéressant d'isoler entre les chevrons pour gagner en espace habitable ou pour laisser les pannes apparentes.

=> Je choisis un matériau
La laine minérale est un matériau particulièrement adapté. Semi rigide, elle permet de bien calfeutrer et procure une excellente performance en isolation thermique, acoustique et en protection au feu (incombustible). En outre, elle offre un très bon rapport performances/prix.
La laine de bois est obtenue à partir du défibrage de chutes de résineux. Transformée en panneaux de fibre de bois, elle constitue un parfait compromis pour lutter contre le froid et se protéger de la chaleur estivale grâce à sa densité.
Polystyrène élaboré à partir de cellules remplies d'air, le Styrodur est un rempart contre le froid, la chaleur et l'humidité. Sa force repose sur sa résistance élevée, sa faible hydrophilie et son imputrescibilité.

=> Pour quelle résistance thermique ?
Pour la toiture, la résistance thermique minimum dans le cadre d'une construction de type Bâtiment basse consommation (BBC) est de R = 8 m² K/W. Une rénovation n'exige que 6 m2 K/W pour des combles aménagés. Dans tous les cas, il ne faut pas hésiter à réaliser une isolation garantissant une résistance thermique supérieure si cela est possible !

Une épaisse couche sur le plafond

Le plafond se pare lui aussi de son plus bel habit pour protéger les occupants de la maison en toute saison. L'isolation a pour objectif :
  • de retenir la chaleur à l'intérieur en hiver, et d'empêcher la chaleur de pénétrer
  • à l'intérieur de l'habitation en été ;
  • d'améliorer le confort acoustique en agissant sur le niveau sonore provenant de l'extérieur.
  • Les matériaux servant à isoler un plafond se présentent au choix :
  • en rouleaux (laine de roche, de verre) déroulés au-dessus des faux plafonds ;
  • en vrac, flocons projetés dans les moindres recoins des combles qui sont inaccessibles ;
  • en mousse (cas du polyuréthane) pour épouser n'importe quel volume.

Crédit d'impôt pour isolation encore plus efficace

Pour l'isolation des murs et de la toiture, le propriétaire occupant de sa résidence principale depuis plus de 2 ans bénéficie d'un crédit d'impôt de 22 %, accordé sur l'achat des matériaux et leur pose.
Les dépenses sont prises en compte dans la limite des plafonds suivants :
  • 150 euros TTC par m2 lorsque la paroi est isolée par l'extérieur,
  • 100 euros TTC par m2,
  • pour une isolation,
  • par l'intérieur.
  •  Imprimer