Par Christophe Raffaillac, le 20 Juin 2014 dans JE RÉNOVE - Je réalise des travaux

Vous souhaitez une maison qui vous préserve de la rigueur de l'hiver et vous protège de la chaleur excessive en été ! Une bonne isolation permet de réguler la température de votre maison en 3 étapes.

Étape 1 : poser le bon diagnostic

Confort pour les occupants, réduction de la facture d'énergie, bienfaits pour la planète... les avantages d'une bonne isolation se font sentir bien au-delà des parois de la maison. Sachant que 25 % de la chaleur s'échappe par les murs, quels matériaux et quelles solutions faut-il pour combattre les infiltrations d'air ?

Obligatoire au moment de la vente et de la location d'un bien immobilier, le Diagnostic de performance énergétique (DPE) donne des informations sur la consommation d'énergie et l'émission de gaz à effet de serre.

Il doit amener à s'interroger sur les vecteurs de déperdition d'énergie. Avec la toiture, les murs représentent la zone la plus perméable d'une maison (20 à 25 % de chaleur perdue). Des travaux d'isolation, par l'intérieur ou par l'extérieur, sont prioritaires si aucun dispositif n'existe.

D'autant plus si la construction est sujette à toute forme d'humidité qui remonte dans les murs par capillarité. Il est conseillé de poser un drain périphérique pour éviter que les eaux de ruissellement stagnent.

Étape 2 : adopter la bonne technique

Adopter la bonne technique
Dans l'ancien, les solutions au service de l'isolation sont diverses. Cependant, des arbitrages s'imposent pour éviter de perdre trop de place, dénaturer des murs extérieurs ou engager des dépenses importantes.
On distingue :
  • l'isolation par l'intérieur qui procure un excellent confort thermique et acoustique. Même si elle réduit la surface habitable, il existe des matériaux avec un bon rapport résistance/épaisseur (0,030 à 0,032 W/(m.K)  ;
  • l'isolation par l'extérieur qui, même si elle modifie l'aspect du bâtiment, se révèle être une bonne solution. Elle limite les ponts thermiques. Seul bémol, elle est plus onéreuse et compliquée à mettre en oeuvre.

Étape 3 : choisir son isolant

Laine minérale, végétale ou animale, les isolants se prêtent à toutes les situations. Le choix est fonction de critères budgétaires et de la préférence de chacun. Il existe :
  • la laine minérale, très répandue, efficace à la fois pour l'isolation thermique et acoustique, à un moindre prix ;
  • les laines végétales, comme la paille, laine de chanvre, ouate de cellulose, laine de bois... très efficientes, mais plus onéreuses ;
  • les laines animales de canards et moutons, dont la mise en oeuvre est plus délicate !
Dans tous les cas, il faut privilégier un isolant qui assure une continuité thermique de l'enveloppe du bâti. Il faut aussi vérifier que sa durée de vie sera égale à celle de l'ouvrage !
  •  Imprimer