Par Christophe Raffaillac, le 14 Mai 2014 dans JE RÉNOVE - Je réalise des travaux

Au 1er juillet, le nouveau label RGE ("Reconnu garant de l'environnement") viendra enrichir le savoir-faire des artisans et compléter leur boîte à outils.

Objectif du RGE... en 10 lettres

EFFICACITÉ
RT 2012, BBC, HQE... les normes et labels ont largement fleuri dans le paysage immobilier... Que nous apporte le dispositif RGE ? Pour que les travaux soient efficaces au regard des économies d'énergie attendues et du respect de l'environnement, les professionnels du bâtiment vont devoir adopter de nouvelles méthodes de travail. Avec le label RGE, ils vont prendre de bonnes mesures pour intervenir dans nos maisons !

En application à compter du 1er juillet prochain, il concernera plus particulièrement la rénovation énergétique.
Prenons un exemple. Équiper son logement de fenêtres hermétiques, d'un isolant imparable contre le froid ou d'un système de chauffage à géothermie fait sensiblement baisser sa facture d'énergie.

Mais comment s'assurer que les travaux réalisés offrent les meilleures performances énergétiques et toutes les vertus attendues au plan environnemental ?

Le label RGE permettra bientôt de le vérifier. Il sera accordé à tous les artisans et entreprises qui demanderont l'accréditation pour le Cofrac. La mention sera valable pour les travaux d'amélioration énergétique et pour l'installation d'équipements à énergie renouvelable. Concrètement, elle donnera des garanties sur les compétences du professionnel labellisé RGE, ainsi que sur la qualité de ses prestations.

Avantage du RGE... en 9 lettres

ÉCONOMIES
Le dispositif RGE est un sésame incontournable pour financer son projet de rénovation dans les meilleures conditions. En effet, au 1er juillet 2014, certaines aides publiques vont être conditionnées à ce label.

Pour obtenir un Éco-prêt à taux zéro, les professionnels du bâtiment réalisant les travaux devront nécessairement être porteurs de signes de qualité RGE.

Et à partir du 1er janvier 2015, c'est le Crédit d'impôt développement durable (CIDD), permettant de déduire de ses impôts sur le revenu 15 ou 25 % du montant des travaux, qui sera soumis à ce même critère RGE.

Enfin, le dispositif RGE va s'étendre aux professionnels de la maîtrise d'oeuvre, bureaux d'étude, économistes de la construction, architectes et s'appliquer à la phase de conception et d'étude. De toute évidence, ce nouveau cadre de travail, entre particuliers et professionnels du bâtiment, instaure désormais le principe d'une éco-conditionnalité des aides publiques aux travaux de rénovation énergétique.

Bon à savoir !
À partir du 1er janvier 2015, les aides seront accordées à la condition que les études présentées soient réalisées par un professionnel bénéficiant du sigle RGE. Retrouvez plus d'infos  liées à l'amélioration de la performance énergétique sur le site :


  •  Imprimer