Par Marie Christine Ménoire, le 29 Avril 2014 dans JE RÉNOVE - Je réalise des travaux

Se chauffer au bois est à la fois "tendance" et écolo ! Au-delà de l'aspect esthétique, poêles et cheminées sont, en effet, parmi les favoris des chauffages existants. Mais encore faut-il choisir le bon combustible...

Bûches, plaquettes, granulés... toute une gamme de combustibles pour votre cheminée

La filière française du chauffage au bois domestique est l'une des plus dynamiques d'Europe. Plus de 6 millions de ménages en sont équipés. Le bois reste l'un des modes de chauffage "alternatif" les moins coûteux. Il permet de réduire considérablement la facture de gaz, d'électricité ou de fioul.

Pour alimenter votre chauffage au bois, vous aurez le choix entre :
  • les bûches. Conditionnées en rondins ou en quartiers, c'est la forme la plus utilisée dans les inserts, foyers fermés et ouverts ou encore les chaudières manuelles. Les bûches sont en général vendues au stère (1 m3). Choisissez leur longueur selon la largeur du foyer ;
  • les granulés ou pellets. Ils proviennent de la compression, sous forme de bâtonnets, des sciures et copeaux. À haut pouvoir calorifique, les granulés peuvent être utilisés dans les poêles, inserts ou chaudières automatiques. Leur pouvoir calorifique est plus élevé que celui des plaquettes (4 800 kW/h). Ils sont d'un transport et d'un stockage faciles ;
  • les plaquettes ou plaquettes forestières sont issues du déchiquetage des débris de bois provenant de l'élagage et de l'entretien des exploitations forestières. Longues de 2 à 5 cm, leur valeur énergétique varie de 2 500 à 3 900 kW/h par tonne selon leur degré de séchage ;
  • les briquettes sont le résultat du compactage des résidus des scieries. D'un stockage facile, elles peuvent être utilisées dans tous les types d'installation.


Choisir le bon bois pour votre cheminée

Bien choisir son bois est important. Mieux vaut privilégier des essences dures (chêne, hêtre, charme) qui brûlent lentement et offrent des rendements calorifiques importants.

Par ailleurs, pour avoir un bon rendement énergétique, le bois doit être très sec. Oubliez les bûches humides ou fraîchement coupées, sauf si vous avez de la place et du temps pour les faire sécher. À titre indicatif, il faut au minimum 2 ans de séchage pour obtenir un taux d'humidité avoisinant les 20 %.

Pour être sûr de la qualité du bois, faites confiance aux labels ("NF Bois de chauffage", "NF granulés biocombustible", "Din Plus" pour les granulés...). Ils offrent des garanties quant à la nature du bois, son degré d'humidité, son pouvoir calorifique...

Le bioéthanol : le charme du feu sans les contraintes

Vous vivez en appartement où vous ne pouvez raccorder un conduit. Vous possédez une cheminée et ne supportez plus la corvée de bois avec ses désagréments (suie...).

Optez pour une cheminée bioéthanol. Il s'agit d'un combustible naturel d'origine végétale, issu des résidus de betteraves sucrières, de fruits, de pommes de terre ou de céréales. C'est une énergie propre et renouvelable, sans conduit, sans raccord, sans gaz, sans ramonage, sans odeur, sans cendre, sans poussière...
  •  Imprimer