Par Christophe Raffaillac, le 31 Mai 2016 dans J'INVESTIS - Je gère mon parc locatif

Vous cherchez la bonne formule pour assurer vos revenus locatifs ? La recette suivante vous intéresse. Un peu de méthode, les bons outils juridiques et les derniers ingrédients réglementaires feront de vous un vrai "chef" pour gérer votre location.

Je définis le profil de mon locataire

En fonction du type de logement, ciblez les locataires potentiellement intéressés, un étudiant pour un studio par exemple. Pensez aussi à vérifier le niveau de ressources, car le loyer ne doit pas représenter plus du tiers de ses revenus nets. Demandez les justificatifs définis par le décret no 2015-1437 (05/11/2015):

  • pièces d’identité,
  • justificatifs de domicile (dernières quittances de loyer),
  • documents attestant de l’activité professionnelle (contrat de travail ou extrait K ou K bis pour un commerçant),
  • justificatifs de ressources (dernier avis d’imposition, 3 derniers bulletins de paye).

Info : en plus des justificatifs, il faut aussi en profiter pour échanger avec son futur locataire à l’occasion d’un entretien.

Je fixe le bon montant de loyer

Si votre bien se situe à Paris ou Lille, les loyers ne peuvent excéder un prix de référence fixé par décret (majoration de 20 % maximum autorisée). Autrement, consultez le site observatoires-des-loyers.org pour connaître les prix médians pratiqués. Enfin, interrogez un professionnel, notaire ou agent immobilier, pour affiner votre estimation si besoin. Dans tous les cas, restez raisonnable dans la détermination du prix !

À savoir : le dépôt de garantie couvre les éventuels manquements aux obligations locatives. Il correspond à 1 mois de loyer hors charges pour une location vide et 2 mois de loyer hors charges pour les locations meublées.

Je souscris une garantie locative

Vous pouvez souscrire une assurance qui va prendre le relais en cas de défaillance du locataire. Réservé à certains locataires, le nouveau dispositif Visale permet de garantir les impayés. Il s’adresse avant tout aux jeunes actifs de moins de 30 ans ne pouvant présenter tous les critères de solvabilité ou aux salariés disposant d’un contrat à durée déterminée (CDD). Vous pouvez demander votre caution sur le site internet visale.fr, et celle-ci sera étudiée par Action Logement qui est chargé de piloter le dispositif.

Pensez-y : d’autres dispositifs de garantie des risques locatifs existent, comme Solibail pour l’habitat social ou des assurances proposées par les banques et assurances pour le parc de logements privés.

Je signe un bail authentique chez mon notaire

Si vous optez pour le bail notarié, il s’agit d’un acte authentique qui revêt un caractère exécutoire. En cas de défaillance du locataire, vous pourrez demander une saisie effectuée par un huissier sans autorisation judiciaire préalable. Un bail sous seing privé nécessite au préalable de saisir la justice.

Conseil : il faut tenter de solutionner la situation à l’amiable, plutôt que d’engager une procédure judiciaire.

  •  Imprimer