Par Nathalie Duny, le 2 Août 2013 dans J'INVESTIS - Je gère mon parc locatif

Les copropriétaires règlent un certain nombre de charges : chauffage, eau chaude, entretien de l'immeuble, honoraires des syndics. Ces charges de copropriété ne cessent d'augmenter. Quelques pistes à explorer pour économiser... jusqu'à 20 % !

Je fais attention au chauffage et à l'eau chaude

Le poste chauffage-eau chaude est le poste le plus lourd. Il représente près d'un tiers des charges de copropriété. Pour consommer moins, baissez la température de 2 à 3 degrés la nuit. Cela peut générer jusqu'à 7 % d'économies. Attention aux chaudières mal réglées, aux radiateurs entartrés ou rouillés qui engendrent une surconsommation d'énergie. Vérifiez si les dates d'ouverture et de fermeture du chauffage sont définies.

À faire si possible : préférez un immeuble chauffé au gaz plutôt qu'au fuel, au réseau urbain.
9 copropriétaires sur 10 estiment payer trop de charges.


Je surveille la consommation d'eau

L'eau froide compte beaucoup dans les charges (4,8 euros/m3/an, selon l'UNARC).
Traquez les fuites d'eau éventuelles. Et préférez les  douches aux bains ! Réduisez également le nombre de machines à laver.

À faire si possible : demandez l'installation d'un compteur individuel d'eau froide dans chaque appartement. Vous payerez ainsi la consommation réelle et non un montant forfaitaire.

Contrats d'entretien : je négocie

Maintenance des ascenseurs et de la chaufferie, nettoyage du hall et des escaliers, entretien des espaces verts, gestion des déchets... ces dépenses d'entretien peuvent représenter près d'un quart des charges d'une copropriété. Renégociez les contrats dès qu'ils arrivent à échéance et faites jouer la concurrence. Entre deux contrats de maintenance d'ascenseurs, les écarts de tarifs peuvent atteindre 1 000 euros par an ! En ce qui concerne l'entretien, il peut être parfois plus avantageux de faire appel à un prestataire que d'engager un gardien ou un concierge.

Les honoraires du syndic : je vérifie

Impossible de s'en passer à moins d'avoir un copropriétaire motivé et disponible qui assume le rôle de syndic bénévole. Gérant plusieurs immeubles et donc assurant un volume de travaux important, le syndic est souvent bien placé pour négocier au mieux les prix des fournisseurs de la copropriété.

À faire cependant : épluchez les honoraires du syndic à la loupe et refusez toute facturation abusive.

L'assurance : je compare

Si aucun sinistre n'a été constaté ces dernières années dans la copropriété, rien n'explique une hausse déraisonnable des primes d'assurance. Demandez régulièrement des devis à des compagnies, pour pouvoir comparer et démontrer, si besoin, à votre assureur que la prime d'assurance payée est trop élevée.

  •  Imprimer