Par Nathalie Duny, le 18 Septembre 2014 dans J'INVESTIS - Je défiscalise

Financièrement accessibles, voici 3 formules qui vous permettent d'alléger vos impôts tout en vous constituant un patrimoine immobilier...

1. La loi Malraux pour les "vieilles pierres"

La loi Malraux favorise la restauration de biens anciens afin de préserver le patrimoine, généralement dans le centre historique d'une ville.

L'avantage fiscal : une réduction d'impôts de 22 % si l'immeuble est situé en ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager) et de 30 % s'il est en "secteur sauvegardé" ou dans un quartier ancien dégradé. La réduction d'impôt dure le temps des travaux, dans la limite de 3 ans (4 en cas de fouilles archéologiques).
En contrepartie, vous vous engagez à louer dans les 12 mois qui suivent l'achèvement des travaux. Le montant des travaux est plafonné à 100 000 euros par an.

Le bémol : la loi est fortement encadrée. En effet, les travaux font l'objet d'une autorisation spéciale et sont sous le contrôle des architectes des bâtiments de France.

Investissement : à partir de 150 000 euros. Les programmes Malraux se sont fortement démocratisés et sont devenus accessibles  !

2. La loi Censi Bouvard pour les résidences services

Ce dispositif favorise l'investissement en location en meublé non professionnel (LMNP). Il concerne les résidences services (résidences séniors, étudiantes, tourisme, médicalisées). La formule ne manque pas d'intérêt pour les investisseurs : c'est l'exploitant de la résidence qui s'occupe de toute la gestion locative.

L'avantage fiscal : l'amendement Bouvard permet une réduction d'impôt s'élevant à 11 % du prix d'achat ht du logement, répartie sur 9 ans. Vous pouvez récupérer la TVA. Le montant de l'investissement par an est plafonné à 300 000 euros. En contrepartie, votre logement doit être loué pendant une période de 9 ans minimum.La formule est particulièrement intéressante pour les contribuables payant moins de 3 000 euros d'impôt par an.

Le bémol : la rentabilité est limitée à cause du coût de l'exploitant. Attention aussi à bien le sélectionner.

À savoir :
  • Vous avez jusqu'au 31 décembre 2016 pour investir !
  • Coût. À partir de 90 000 euros la chambre d'étudiants.

3. La loi Duflot (Pinel) pour le neuf

Le dispositif d'investissement locatif est assoupli depuis le 1er septembre 2014.

L'avantage fiscal : il se décline désormais en 3 versions, l'investisseur pouvant choisir de s'engager à louer sur 6, 9 ou 12 ans (au lieu de 9 auparavant). En contrepartie, il bénéficie d'avantages fiscaux proportionnels (de 12 à 21 %).

Le bémol : la loi Duflot n'est pas applicable partout en France. Le logement doit se situer dans une zone géographique éligible, être neuf ou en l'état futur d'achèvement (VEFA) et respecter les critères d'efficacité énergétique en vigueur (RT 2012).

Les 2 autres nouveautés :
  • Vous pourrez louer désormais le logement à vos ascendants ou descendants. Mais les modalités de la location aux enfants ne sont pas encore connues.
  • L'avantage fiscal du dispositif pour les Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) qui réalisent des investissements locatifs sera aligné sur celui des particuliers.
Avant de vous lancer,demandez conseil
à votre notaire !
  •  Imprimer