Par Christophe Raffaillac, le 23 Juin 2016 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Après avoir été quelque peu ankylosé, le marché retrouve une belle vitalité. Ce qui ouvre des opportunités dans le Cantal, où l'immobilier constitue un excellent capital, comme le rappelle Me Subert-Besson, présidente de la Chambre des notaires.

Peut-on dire que la reprise du marché se confirme dans le Cantal ?

Me Subert-Besson : de toute évidence, oui, même si cette reprise se montre encore timide. Ce sont avant tout les résidences principales qui séduisent les primo-accédants. Le marché des résidences secondaires souffre quant à lui d’une désaffection liée à une évolution des comportements. Les acquéreurs potentiels préfèrent consacrer du pouvoir d’achat à leur loisir plutôt qu’à l’immobilier. Seuls les secteurs touristiques comme Le Lioran tirent leur épingle du jeu !

Comment évoluent l'offre et la demande ?

Me Subert-Besson : le marché reste favorable aux acheteurs immobiliers, car l’offre de biens à vendre s’avère très importante. Même si les prix ont entamé une légère remontée depuis 1 an environ, les biens s’affichent toujours à des budgets attractifs. Dans ce contexte, les vendeurs doivent rester particulièrement lucides et se fier aux avis de valeur et expertises immobilières réalisés par les notaires pour espérer vendre dans un délai raisonnable.

Quels sont les prix médians des maisons dans le département ?

Me Subert-Besson : le Cantal, à l’instar de nombreux départements, se caractérise par la diversité de son marché immobilier. Alors que les villes qui vivent au rythme des saisons touristiques voient leurs prix largement soutenus par la demande, les autres secteurs souffrent d’une activité économique encore fragile. Ce qui conduit les ménages à s’endetter pour la totalité de leur achat immobilier dans leur plan de financement. Dans ces conditions, leurs choix se portent sur des biens plutôt accessibles, dont le prix médian - pour les maisons - atteint 90 000 € dans le département. 

Comment voyez-vous l'avenir en termes de transactions ? D'évolution des prix ?

Me Subert-Besson : dans le contexte actuel, propice au niveau des taux d'intérêt et du prêt à taux zéro, les perspectives sont des plus radieuses pour les porteurs de projets. Car c’est vraiment le moment d’acheter un bien immobilier. Les prix, même s’ils ont très légèrement augmenté depuis les 12 derniers mois, offrent toujours de belles opportunités. Ils ont donc retrouvé leur niveau de 2003, mais pas encore celui de 2008 qui avait battu tous les records !

Pourquoi est-ce le bon moment pour acheter ?

Me Subert-Besson : il faut en profiter pour acheter, car sur le long terme, l’immobilier s’est toujours comporté comme une valeur sûre, réservant à ses détenteurs de belles plus-values sur le long terme. Primo-accédants et investisseurs bénéficient de conditions inédites. Ce qui devrait confirmer une reprise de l’activité immobilière encore balbutiante, mais promise à de belles performances dans les mois qui viennent !

Propos recueillis le  21/06/16 par Christophe Raffaillac

  •  Imprimer