Par Christophe Raffaillac, le 17 Mai 2016 dans INTERVIEW DE NOTAIRES - Le notaire et l'immobilier

Maison ou appartement, l'acquisition de sa résidence principale nécessite aussi de prendre les bonnes décisions quant à l'utilisation, la situation... David Thill, notaire à Fernay-Voltaire, nous livre ses conseils.

Que conseillez-vous à un candidat acquéreur de sa résidence principale ?

Me Thill : Il convient de lister des critères de sélection en phase avec sa capacité d’emprunt. À l’issue du rendez-vous avec son banquier pour évaluer son budget immobilier, il faut se poser les bonnes questions. À commencer par le choix de l’emplacement, qui dépend de son mode de vie, et qui peut conduire à rechercher un bien en fonction de la proximité des écoles, des transports en commun ou de son lieu de travail… Toutes ces commodités doivent être appréciées au regard de l’agrément procuré, sachant qu’il ne faut pas occulter les nuisances potentielles. La présence d’une route à grande circulation, d’une voie ferrée… peut représenter des gênes rédhibitoires. Dans tous les cas, je conseille de bannir l’achat d’impulsion et de vraiment se donner le temps de mûrir son projet. Rappelons qu’il faut prévoir dans son budget le prix du bien, les frais d’acquisition et les éventuels travaux. Si une rénovation importante doit être envisagée, il faudra aussi l’anticiper. D’où l’importance de connaître assez précisément sa capacité financière, afin de mener à bien son opération immobilière.

Quelles précautions faut-il prendre s'il s'agit d'un appartement dans l'ancien ?

Me Thill : En plus de tous les paramètres que nous avons vus, il faut s’intéresser à la situation de la copropriété. Sur le plan financier, car il faut connaître les travaux à prévoir tels que le ravalement, l’isolation ou la séparation des réseaux d’eaux usées et pluviales… Il faut aussi s’intéresser aux charges de fonctionnement, qui comprennent souvent le chauffage, la consommation d’eau, la présence d’un gardien, l’entretien des espaces verts. Enfin, l’existence d’une éventuelle dette de la copropriété ou d’un copropriétaire doit nécessairement alerter ! Fort heureusement, la loi Alur de 2014, même si elle nécessite de recueillir de nombreuses pièces justificatives, participe à la bonne information de l’acquéreur. Je considère qu’elle constitue une réelle avancée pour sécuriser la transaction, tant du côté de l’acquéreur que du vendeur.

Le saviez-vous ?

Le notaire conseille les particuliers sur l’opportunité d’acheter sur le plan patrimonial et fiscal. Pensez à le consulter !

Et dans le neuf, que faut-il vérifier ?

Me Thill : La notoriété du promoteur immobilier reste un bon critère d’appréciation. La qualité de ses réalisations se traduit généralement par de bons échos. Il s’agit d’un achat sur plan, il faut donc vérifier la surface de l’appartement, son agencement et contrôler ce que prévoit la notice descriptive technique par rapport aux matériaux de construction ou encore aux différents équipements. Rappelons qu’il faudra vérifier la bonne justification par le promoteur de la garantie bancaire d’achèvement, ainsi que la souscription et le paiement définitif des assurances construction, qui permettent notamment de garantir la solidité, la structure et l’étanchéité de l’immeuble pendant 10 ans.

Pourquoi est-ce le moment d'acheter ?

Me Thill : Après le ralentissement observé en 2014, 2016 constate le début d’une reprise de l’immobilier. Le climat de confiance semble enfin retrouvé chez les porteurs de projets, qui bénéficient, en outre, de taux d’intérêts attractifs et de biens à des prix assagis. Un contexte qui doit inciter à acheter !

Propos recueillis le 12/05/16

Info utile

Avec le ralentissement de l’activité immobilière en 2014, les prix ont baissé. Mais la reprise actuelle du marché pourrait changer la donne dans les mois à venir !

  •  Imprimer